Le Forum Chamonix
Pour pouvoir répondre aux sujets existant ou en créer de nouveaux, il faut être inscrit sur le forum.

- Si vous êtes inscrit, merci de cliquer sur "connexion"

- Pour vous inscrire, et profiter de toutes les fonctionnalités du forum, veuillez cliquer sur "S'enregistrer"

- Si vous voulez rester simple "invité", cliquez sur "ne plus afficher"
L'équipe



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Retour à la Page  
http://www.soleilinvest.com/ima/styl/montagne.gifNous vous rappelons que pour profiter d'un confort de lecture étendu, ainsi que de toutes les fonctionnalités du forum (poster des messages,
répondre aux sujets, accèder au tchat en direct ... ) il est nécessaire de vous inscrire en cliquant ici
http://img1.xooimage.com/files/c/5/a/kcontrol-2b20a.png Nous recherchons actuellement un modérateur pour le forum, si vous êtes intéressé merci de me contacter par Message Privé (lechamoniard)
ou par mail à info@ski-chamonix.fr

Forum déclaré à la CNIL sous le numéro 1498554

Partagez | 
 

 Observations météorologiques

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Sam 20 Mar - 9:14

Bonjour et bon week-end,
Il fait trop chaud, trop tôt et trop haut.
Petit récapitulatif de ce matin à 7 heures:
Chez moi à 600 m + 9.3° C
A Biarritz + 19.1° C
A Strasbourg + 13.2° C
A Bourg St Maurice + 7.3° C
A l'Aiguille du Midi - 6° C.

Les fortes rafales de vent de cette nuit par flux de sud ont fait grimper les températures.
3° C de plus entre cette nuit et ce matin 7 heures chez moi.
A Biarritz à 9 h, il ne fait plus que 17.8° C.
Coup de chaud sur nos massifs.

Même si ces coups d'éclats sont fréquents en mars, notre passif décennale, voir bi-décennale ne peut laisser indifférent.
Variabilité annuelle "normale", oui, mais il est évident qu'un système fragilisé répondra d'autant plus vite à un phénomène latent qu'à une rétroaction toujours possible.

Bon samedi
Serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Sam 20 Mar - 20:26

Belle période de douceur, néanmoins peu exceptionnelle pour la période ... surtout au regard des dernières années. Au niveau national, nous tournons à 5° au dessus des normes depuis deux jours, à comparer à la période du 7 au 11 mars où les températures ont stagné à environ 7° en dessous de ces mêmes normes trentenaires.

La période froide du début du mois a tout de même été assez remarquable, puisqu'il faut remonter à 1971 pour trouver une telle période de froid durable à l'échelle nationale soit presque 40 ans ! Alors même que, sur la période 1901-1970, de telles périodes froides en mars se rencontraient environ une fois tous les cinq ans...

En ce qui concerne la période chaude actuelle, il suffit de remonter à 2006 pour trouver une période de douceur d'ampleur équivalente à cette époque de l'année. Entre 1900 et 1980, les périodes douces de cette intensité et à cette époque de l'année avaient une durée de retour de l'ordre de 25/30 ans. Sur la dernière décennie, nous en avons observé une ... tous les deux ans.

En bref, épisode de froid remarquable suivi d'un épisode de douceur banal. Mais avec les mêmes températures dans les années 1960, on aurait parlé d'épisode froid relativement modéré suivi d'un épisode de douceur très significatif. Mais au moins, cela illustre parfaitement la situation où nous nous trouvons aujourd'hui.

A Dax, j'ai relevé 24.3° sur ma terrasse, en concordance avec les 24.5° relevés par MF.

Il faudra espérer pour Michel que les flux de Sud-Ouest tels que celui-ci ne seront pas trop récurrents ce printemps, histoire de ne pas prédisposer les glaciers à une mauvaise saison estivale. Ce qui est à mon sens assez significatif, c'est que nous observons des valeurs particulièrement élevées alors même que le flux de SO qui nous concerne n'est pas des plus prononcés - dans le sens qu'il ne vient pas de très bas en latitude et que les masses d'air drainées ne sont pas exceptionnelles en altitude. On a vu bien pire en situation synoptique.

Mais pourtant, cela n'empêche pas de taquiner les normes d'un mois de mai dans nombre de régions. C'est le revers de la médaille de cet hiver : on en avait parlé dans d'autres topics, mais le froid persistant des latitudes moyennes cet hiver à l'échelle eurasiatique a cantonné les masses chaudes aux latitudes plus basses. Nous entrons maintenant dans la période où vont débuter les grandes invasions douces dans l'hémisphère nord, et les réserves chaudes disponibles sont nettement plus massives qu'une année "normale".

Cela ne signifie pas que le printemps sera nécessairement doux en Europe occidentale car on peut très bien avoir des flux de NO/N persistants apportant des températures globalement fraiches. Mais cela signifie que tout au long des prochains mois, le moindre coup de pompe à chaleur, même modéré (comme celui-ci), aura le potentiel pour faire monter très haut le mercure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Dim 21 Mar - 7:57

Salut à tous,
salut Stéphane,
Excellent résumé comme d'habitude.
Ce qui fait peur, c'est que tu dis que les masses d'air en altitude ne sont pas encore exceptionnelles, et que malgré cela on arrive à des températures vraiment très douces.
Alors j'ose à peine imaginer ce que cela donnera lorsque les masses d'air subtropicales viendront taquiner notre pays.
En fait c'est peut-être la que réside notre problème.
On est d'accord pour dire que des phénomènes chauds se produisent comme tu l'as expliqué, même lors des années 60 (avec la récurrence que tu signales).
Mais alors peut-on aussi en déduire que ces incursions chaudes (outre leur fait de se produire plus souvent), et au vu, non de la situation synoptique, mais au vu de l'état thermique de l'atmosphère, gagent thermiquement et en plus se déplacent avec nettement plus de facilité.
Ce qui expliquerait en partie ces inter-saisons "hors normes" (si normalité peut être employée). Je crois qu'en gros, c'est ce que tu expliques.

Quant à notre épisode froid du début de mois, statistiquement, il est remarquable, mais pour moi, au vu des températures actuelles, il ne représente plus rien; pour la bonne et simple raison que nous poursuivons une tendance chaude et que cette ponctualité ne reflètent pas d'inversion.
D'ailleurs, il ne serait pas étonnant que nous nous retrouvions au-dessus des normes 1971/2000 pour ce mois de mars. On en prend le chemin.

Bon dimanche
serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Dim 21 Mar - 9:11

Bonjour Serge,

Au moins, je vais te rassurer (a minima) sur une chose : le mois de mars sera déficitaire au niveau national. Ou alors, il faudrait vraiment un sacré coup de douceur sur l'ensemble de la dernière décade, ce qui n'est pas à l'ordre du jour même si le mercure devrait se trouver plus souvent au dessus des normes qu'en dessous.

A la date d'hier (le 20), nous en étions à -1.95° en bilan depuis le début du mois. Il faudrait donc, mathématiquement, une dernière décade avec anomalie de près de +4° pour annuler le déficit accumulé : la barre est quand même placée bien haut. Même si un bilan peut parfois évaluer très vite : en l'occurence, en deux jours, le déficit national a tout de même été corrigé de 0.78°, puisque nous en étions à -2.73° au 18.

Même par chez toi dans le lointain NE, difficile d'imaginer que mars puisse être autrement que déficitaire avec des bilans au 20 de -1.43° à Metz, -1.83° à Strasbourg, -2.07° à Langres, et même -2.42° à Besançon. Même chose d'ailleurs dans mon SO profond, avec -1.74° à Biarritz et -1.80° à Bordeaux.

Sinon, en effet les températures très douces relevées en France ces derniers jours se sont produites avec une masse d'air certes pas banale, mais loin d'être exceptionnelle. D'ailleurs, il suffit de se tourner vers l'Aigoual : sur les deux derniers jours, l'anomalie la haut avoisinne .. +1.5°. Pas exceptionnelle, la masse d'air à 1600 mètres.

Citation :
Mais alors peut-on aussi en déduire que ces incursions chaudes (outre leur fait de se produire plus souvent), et au vu, non de la situation synoptique, mais au vu de l'état thermique de l'atmosphère, gagnent thermiquement et en plus se déplacent avec nettement plus de facilité.

Pour le premier point, assurément : dans un contexte de réchauffement global, il est évident que les incursions chaudes deviennent de plus en plus intenses, même si ce n'est pas non plus très marqué : la part brute du réchauffement, c'est que là où nous avions 23.4° il y a 50 ans, nous avons 23.9° aujourd'hui. Ce qui impacte beaucoup plus selon moi, c'est que nous avons eu depuis le début de la décennie des vortex globalement déconcentrés en période hivernale, avec accumulation du froid aux latitudes moyennes, et accumulation de la chaleur aux latitudes basses. Alors, quand arrive la période des incursions chaudes, ces dernières se font sur la base de réserves chaudes exacerbées - tandis que les réserves fraiches des intersaisons sont réduites comme peau de chagrin.

Ce n'est pas une règle générale, mais tout de même une belle tendance de fond : mis à part 2007, force est de constater que depuis les années 2000 nous en avons fini avec ces flux d'ouest persistants qui ceinturaient presque tout l'hémisphère nord dans les années 1980/1990. Nous bénéficions d'hivers plus frais (cela fait plaisir à certains qui y voient le début de leur glaciation), mais aussi moins humides. Trois mois de répis ... que l'on paye sur les 9 mois restants de l'année.

Entre la décennie 1990 et la décennie 2000, les hivers se sont refroidis de 7 centièmes de degrés (depuis le temps qu'on vous le dit que le GIEC c'est des crétins qui n'ont rien compris !). Dans le même laps de temps, les printemps se sont réchauffés de +0.38°, les étés de +0.51°, et les automnes de +0.72° (meuh ca c'est le réchauffement urbain et le soleil et pi de toute façon ces données elles sont truquées...).

Pour le reste, j'étais toute la semaine à la météopole à Toulouse, sans accès au net (cela fait du bien des fois de couper le lien durant quelques jours Wink). Je découvre donc en rentrant les observations globales des derniers jours, et je vois que tout va bien : les températures de surface des océans continuent de battre tous les records, dans la foulée l'anomalie provisoire basée sur les 19 premiers jours de mars 2010 au niveau global est la plus élevée jamais observée pour un mois de mars au sol comme pour la basse troposphère, El Niño - vous savez, celui qui n'existe pas qui est trop faible pour être signalé qui a déjà décliné en août qui a décliné en octobre qui n'est pas si marqué que cela qui est sur le déclin depuis janvier est toujours stable et est même un peu remonté cette semaine. Seule fausse bonne nouvelle, l'extent de la banquise arctique a bien progressé et a atteint des valeurs tout à fait correctes sur les derniers jours de l'hiver dans les zones où elle était en retard (qui sont aussi celles où la fonte va débuter). C'est bien, on va entamer la saison de débacle avec de la glace vieille de quelques jours sur les premières zones qui vont fondre, quelle chance. A noter que la baie d'Hudson marque ses premiers signes de débâcle : après l'hiver le plus doux jamais enregistré au Canada, ce mois de mars a nouveau exceptionnel dans la région (on tourne à >12° au dessus des normes sur la dernière semaine la bas) a permis d'enregistrer le début de débacle le plus précoce de l'histoire de la Baie d'Hudson. Même si le retour provisoire d'un temps plus froid pourrait stopper le phénomène sur ce secteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Dim 21 Mar - 10:35

Treize a écrit:
Il faudra espérer pour Michel que les flux de Sud-Ouest tels que celui-ci ne seront pas trop récurrents ce printemps, histoire de ne pas prédisposer les glaciers à une mauvaise saison estivale. Ce qui est à mon sens assez significatif, c'est que nous observons des valeurs particulièrement élevées alors même que le flux de SO qui nous concerne n'est pas des plus prononcés - dans le sens qu'il ne vient pas de très bas en latitude et que les masses d'air drainées ne sont pas exceptionnelles en altitude. On a vu bien pire en situation synoptique.
Bonjour Stéphane.
Bravo et merci pour toutes ces précisions que tu as relevé.

Ce mois de mars est heureusement très différent du mois de mars 2009 qui était exceptionnellement doux et sec.
Là, les glaciers ont un répit, et ne sont pas encore directement attaqués par les rayons du soleil comme l'an passé, puisque la neige recouvre encore bien la Mer de glace, et que les belles et chaudes journées se comptent sur les doigts de la main.
De plus on entre dans une période plutôt perturbée, et même si c'est du Sud-Ouest qui apporte un redoux, il apporte aussi de la neige au dessus de 2000/2500 m, et sans doute plus bas dans les prochains jours .
La période des giboulées va sans doute se produire, contrairement à l'an passé où elle a été absente.
Il serait temps, car à 3300 m on arrive au même déficit qu'en mars 2009.

Citation :
Entre la décennie 1990 et la décennie 2000, les hivers se sont refroidis de 7 centièmes de degrés (depuis le temps qu'on vous le dit que le GIEC c'est des crétins qui n'ont rien compris !). Dans le même laps de temps, les printemps se sont réchauffés de +0.38°, les étés de +0.51°, et les automnes de +0.72° (meuh ca c'est le réchauffement urbain et le soleil et pi de toute façon ces données elles sont truquées...).

... Je découvre donc en rentrant les observations globales des derniers jours, et je vois que tout va bien : les températures de surface des océans continuent de battre tous les records, dans la foulée l'anomalie provisoire basée sur les 19 premiers jours de mars 2010 au niveau global est la plus élevée jamais observée pour un mois de mars au sol comme pour la basse troposphère, El Niño - vous savez, celui qui n'existe pas qui est trop faible pour être signalé qui a déjà décliné en août qui a décliné en octobre qui n'est pas si marqué que cela qui est sur le déclin depuis janvier est toujours stable et est même un peu remonté cette semaine.
Bravo pour cette vision délicieusement ironique, et je parierais même que l'on va assister à des conclusions, preuves très scientifiques à l'appui, que le grand changement annoncé est bien là, tout en ignorant méticuleusement les chiffres, cartes et graphiques que l'on ne saurait voir, qui ne colleraient pas avec leurs certitudes, et qui bien sur sont forcément trafiquées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Dim 21 Mar - 13:32

Oui, je me suis peut-être avancé un peu vite pour dire que nous serions au-dessus des normes pour ce mois de mars.
Mais attention tout de même aux températures nocturnes qui sont bien douces.
Et de ce fait, les températures moyennes minimales remontent vite.
C'est du moins ce que je remarque pour chez moi.

Autre chose concernant les océans; si les eaux de surface se réchauffent, la teneur en vapeur d'eau de l'atmosphère augmente, et comme chacun le sait, un des principaux acteurs de l'effet de serre et notamment pour ceux qui nient le phénomène du co2 anthropique ...est justement la vapeur d'eau.
Scientifiquement on appelle cela une "rétroaction positive", en augmentant encore plus la température de surface.
MAIS, car il s'agit de rester objectif, le système climatique reste extrêmement complexe et d'autres effets peuvent se surajouter à ce genre de rétroaction (positives ou négatives).
D'où la prudence de toute extrapolation; mais il est bon d'avoir ces données sous la main.

Donc Stéphane, d'après toi, on sera sous les normales pour mars.
Je crois néanmoins que l'on va encore grappiller quelques dixièmes de degrés jusqu'en fin de mois et que je ne battrais pas, au moins localement pour mes relevés, mars 2006 qui a été le plus frais de ces dix dernières années.

Mars 2006 = + 2.5° C de moyenne.
Au 20 mars 2010 = + 2.2° C

Cordialement
Serge et bon dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Dim 21 Mar - 22:12

L'enneigement est désormais bien inférieur aux valeurs moyennes saisonnières sur l'ensemble des massifs au dessus de 1800 mètres.
En dessous de cette altitude, il est maintenant très déficitaire.
Le puissant redoux de cette fin de semaine a entraîné une sévère crue avalancheuse avec de très nombreuses coulées de neige humide.
En moyenne montagne, les conditions de ski sont mauvaises avec un manteau neigeux pourri en profondeur.
Certaines pistes ne sont plus skiables en dessous de 1500/1600 mètres.
En haute montagne au dessus de 2200 mètres, il est tombé 10/20 cm de neige souvent lourde jusqu'à 2800 mètres.
Source météo-chamonix.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Lun 22 Mar - 18:33

Citation :
Donc Stéphane, d'après toi, on sera sous les normales pour mars. Je crois néanmoins que l'on va encore grappiller quelques dixièmes de degrés jusqu'en fin de mois et que je ne battrais pas, au moins localement pour mes relevés, mars 2006 qui a été le plus frais de ces dix dernières années.


Oui, il est évident que même si on est assurés d'éviter un mois de mars excédentaire, le déficit va continuer de bien se réduire les prochains jours et je pense qu'on devrait tourner au final pas loin de -0.3° au plan national. Bon, ce n'est pas si mal, même si on a connu mieux.

Il faut tout de même noter que le dernier mois de mars franchement déficitaire (anomalie d'au moins -1.0°) remonte à ... 1987. Depuis cette année, seulement 3 mois de mars sur 22 ont été déficitaires, et c'est 2006 qui emporte la plus grosse anomalie : -0.6°. Si 2010 sera vraisemblablement déficitaire, il ne devrait pas battre cette valeur. Par contre, toujours depuis 1987, on s'est tapé 12 mois de mars franchement excédentaires (anomalie d'au moins +1.0°), dont 7 avec anomalie dépassant la barre des +2.0°.

Autant dire que ces dernières années, les printemps ont été plus précoces que les hivers n'ont été tardifs.

On peut au moins se réjouir que mars 2010 ait quelque peu dérogé à la tendance - on se contentera même d'un -0.3° - la période actuelle incite à ne pas être difficiles. Ce qui est moins réjouissant, c'est que l'enneigement ne soit pas optimal sur nos massifs à la sortie de l'hiver, surtout si l'été venait à être difficile.


EDIT : Projection faite, mars 2010 devrait plutôt tourner vers -0.5/-0.7° en bilan définitif. Donc, pas impossible que 2006 soit battu, auquel cas on aurait le mois de mars le plus frais depuis 1987. Au 22, nous en sommes à -1.56°.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 76
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mar 23 Mar - 8:39

Merci, Treize, pour ces informations très précises sur les bilans en cours.
Je réclame à corps et à cri depuis si longtemps que MF fournisse une clim dynamique (en prise avec le présent), qu'on pourrait prolonger par une clim prévue sur 7 à 10 jours (dans mon esprit, une clim prévue n'est pas une pure prévision mais une prévision comparée à la norme).


Dernière édition par @lizé. le Mer 21 Avr - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Ven 26 Mar - 14:24

Bonjour à tous,
A la date du 25 mars, Strasbourg a une moyenne mensuelle pour mars de + 5.3° C
Moyenne de la période 1971/2000 = + 6.7° C.
Malgré les 2/3 jours de douceur qui vont encore se produire d'ici la fin du mois, la moyenne de mars 2010 sera < à la moyenne 1971/2000.
Depuis 1946, mars 2010 se trouve en 17ème position des mois de mars les plus froids.
+ 2.8° C étant la moyenne la plus basse. En 1958, 1962 et 1971.
La chute de température du 30/31 mars va bien aider à ne pas rejoindre les normales saisonnières.

D'un point de vue LOCAL, j'en suis à + 3.8° C au 25 mars.(Sondernach 600 m, Vosges).
En 2006 sur le mois j'en étais à + 2.5° C. Donc pas mal d'écart entre 2006 et 2010.
Possibilité sans doute de rejoindre et dépasser mars 2008 avec + 4° C et mars 2009 avec + 3.9° C.

Sur le plan national, Stéphane a raison, puisque nous nous retrouverons en-dessous des normales de 1971/2000.
Je lui laisse l'expertise "comptable" du déficit thermique de mars...mais je crois qu'il sera d'accord pour dire que certaines régions du sud ont bien contribué à la tendance générale.
A moins qu'une analyse plus approfondie ne me donne tord.

Néanmoins et en conclusion locale, la globalité du mois ne sort pas du lot général de ces 10 dernières années; ce qui n'est pas vraiment le cas par décade ou même peut-être par quinzaine.

Si l'on y ajoute les anomalies chaudes des mois météorologiques de cet hiver 2009/2010, avec 4° C d'anomalie positive sur le Canada et l'été exceptionnellement chaud qui a sévit à l'ouest de l'Australie, et les 0.57° C d'anomalie mondiale sur le trimestre, ce qui classe au 5ème rang des plus chaudes cette période trimestrielle...je vais faire preuve de "sectarisme réchauffiste".
Alors ajoutons que la Grande Bretagne a connu son hiver le plus froid depuis 78/79 et que l'Écosse a enregistré son hiver le plus froid derrière celui de 62/63 depuis 1914.
Il a fait froid de la Russie aux iles Britanniques.

Si le réchauffement pouvait nous faire bénéficier d'hivers de ce genre, en plus neigeux, je suis preneur; mais ce serait faire preuve de beaucoup "d'égoïsme météorologique".
Voyons la suite.
Bonne journée
serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Ven 26 Mar - 18:24

Citation :
Sur le plan national, Stéphane a raison, puisque nous nous retrouverons en-dessous des normales de 1971/2000. Je lui laisse l'expertise "comptable" du déficit thermique de mars...mais je crois qu'il sera d'accord pour dire que certaines régions du sud ont bien contribué à la tendance générale. A moins qu'une analyse plus approfondie ne me donne tord.


En fait, c'est même surtout le sud qui contribue à la tendance générale déficitaire.

Si on prends la moitié nord, on en est, au 25 mars, à -0.46° à Beauvais, -0.42° à la Hague, -0.20° à la Hève, -0.78° à Langres, -0.32° au Mans, -0.46° à Metz, -0.25° à Nancy ou encore -0.69° à Strasbourg. Dans la moitié sud, on tombe à -2.12° à Carcassonne, -1.85° à l'Aigoual, -1.57° à Nimes, -2.35° à Perpignan, ou encore -1.78° à Sète.

La moyenne nationale est à -0.94°, alors que huit jours plus tôt elle affichait -3.04°.

Sinon, juste une remarque :

Citation :
Si l'on y ajoute les anomalies chaudes des mois météorologiques de cet hiver 2009/2010, [...] ce qui le classe au 5ème rang des plus chaudes cette période trimestrielle

Le bilan NOAA place en effet l'hiver 2009/2010 en 5è position des hivers les plus doux .. et la NOAA est pourtant la base la plus "fraiche", car cet hiver se positionne à la seconde place du triste podium des hivers les plus chauds au niveau mondial pour la NASA, les réanalyses NCEP, ainsi que selon les deux systèmes de mesures satellites (UAH et RSS).

On n'est décidément pas sortis de l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 76
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Sam 27 Mar - 10:09

Je crois que toutes les supputations faites à partir de données ponctuelles, voire régionales ou même nationales, n'ont pas beaucoup de sens, du moins en ce qui concerne l'évolution du climat global.

L'Europe a été soumise cet hiver à une "anomalie froide". Il est là le bilan. Il n'est pas sans intérêt d'en mesurer les conséquences locales, mais elles n'ont qu'une portée locale (pas négligeable quand il s'agit du SDF ou de la facture de chauffage...).

Ce que j'aimerais par dessus tout, pour l'avoir tant réclamé depuis 20 ans, c'est qu'on étudie le pourquoi de ces anomalies. Le pourquoi et le comment. Comment elles naissent, se développent, meurent, comment elles bougent, comment elles peuvent se manifester plusieurs mois, voire plusieurs années, comment elles s'inscrivent dans les chamboulements globaux.


Dernière édition par @lizé. le Mer 21 Avr - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Lun 29 Mar - 17:00

Aujourd'hui, c'est le printemps, j'ai relevé 24.4° au plus chaud de l'après-midi. Possiblement un peu surévalué, MF n'ayant pas dépassé les 23.0° en relevé horaire, mais l'idée générale est là : il n'y a pas encore de banquise sur la côte landaise, et on n'en prend pas le chemin.

Blague à part, demain il est attendu des rafales jusqu'à 120 sur les côtes avec des coefficients de marée de 110-112. Même si Météo France laisse la région en jaune ce soir, m'est avis que demain le moyen le plus pratique pour se déplacer demain dans les quartiers bas de Capbreton ou de Vieux Boucau sera la barque ou le zodiac. Du 80/90 km/h dans les terres, ponctuellement 100km/h : la fourchette me parait raisonnable au vu des modèles. Ce n'est pas le coup de tabac du siècle, mais du 100 km/h en rafales quand les arbres ont commencé à se recouvrir de feuilles, cela peut ça et là conduire à quelques dommages sur les végétaux.

Pour la forêt landaise, rien à rajouter sinon que les sylviculteurs n'ont pas besoin de ça. Certes, ce n'est pas un Klaus ou un Martin qui est attendu demain, mais quand on sait que la plupart des exploitants forestiers attendent encore les aides promises en 1999 (autant ne même pas évoquer donc celles de 2009), chaque arbre à nouveau à terre est en soi un traumatisme.

J'ai souvent l'occasion du fait de mon métier de cotoyer des professionnels de la filière bois landaise, et les constats ne sont pas réjouissants. J'ai ainsi pu consulter un "registre" tenu par certains forestiers dans mon secteur, où sont consignées toutes les catastrophes auxquelles ils ont pu être confrontés depuis la plantation du massif, que ce soit les feux, les coups de vents, ou encore les insectes. Le constat est quasiment sans appel : depuis les années 1860, date des plantations dans ce secteur, les quatre catastrophes les plus importantes en terme de dommages sur le massif forestier local ont eu lieu dans les quarante dernières années. On retrouve ainsi la tempête Klaus de 2009, Martin en 1999, un autre coup de vent qui avait provoqué des dégâts plus localisés dans les années 1980 (je ne me souviens plus de la date), et l'invasion des chenilles processionnaires qui a débuté dans les années 1970 et qui se fait chaque année un peu plus importante.

Même s'il n'existe aucun lien établi entre la survenue de tempêtes de ce genre et le réchauffement climatique, le constat conduit quand même à la réflexion. Pour les chenilles, qui profitent d'hivers de moins en moins rudes et de printemps de plus en plus précoces et doux, par contre, le lien est assez évident. Dans tous les cas, le résultat est sans appel : en l'absence d'une politique réelle et forte de préservation du massif, il ne restera plus grand chose du massif forestier landais d'ici 20/30 ans. Un peu comme les glaciers de Michel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Lun 29 Mar - 17:46

Salut Stéphane,
Eh ben dis donc c'est la canicule chez toi.
Remarque chez moi il a fait 16° C au meilleur de la journée et je suis à 600 m d'altitude et à Chamonix, 17.2° C.
Et ce n'est pas tant les valeurs qui sont bien élevées et toujours possibles en mars, mais bien leur récurrence depuis la mi mars. Et cela se ressent en terme de moyenne mensuelle, on est tout près des moyennes de la période 1971/2000 à Strasbourg.
Pour ce qui concerne les tempêtes, il est exact de dire qu'il est difficile de faire un lien avec le réchauffement. Mais depuis 1860, cela fait 150 ans et tu cites les 4 évènements sur les derniers 40 ans. Autrement dit le dernier quart pratiquement. Ça laisse...des questions.
J'espère pour vous que les vents ne feront pas trop de dégâts, surtout avec le coefficient de marée. Mais tu parles de bas quartiers...est-ce que l'on aurait pas débordé sur des accords de permis de construire un peu trop permissifs ?
Pour les chenilles, je suis d'accord, il y a certainement un phénomène de cause à effet beaucoup plus probant.
C'est bien avec le pin des landes que l'on fabrique les lambris ?
S'il faut attendre nos politiciens, on a le temps de voir venir et ...de pleurer nos pertes.
Dans les Vosges on a connu les pluies acides; et la filière bois aussi est malmenée. Du bénef, au détriment de réflexions intelligentes sur ce patrimoine, voila ou on en est.
Bonne soirée
serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Lun 29 Mar - 18:43

serge a écrit:
Pour ce qui concerne les tempêtes, il est exact de dire qu'il est difficile de faire un lien avec le réchauffement. Mais depuis 1860, cela fait 150 ans et tu cites les 4 évènements sur les derniers 40 ans. Autrement dit le dernier quart pratiquement. Ça laisse...des questions. [...] est-ce que l'on aurait pas débordé sur des accords de permis de construire un peu trop permissifs ? [...] C'est bien avec le pin des landes que l'on fabrique les lambris ?

Oui, cela laisse des questions notamment chez les forestiers. Trois tempêtes sur les 40 dernières années, dont deux sur les onze dernières années, même si aucun lien n'est établi entre ces tempêtes et le RC il n'y a plus beaucoup de sylviculteurs qui sont prêts aujourd'hui à reboiser des arbres qui mettront 30/40 pour être prêts à être abattus si l'on doit se prendre un Klaus à chaque décennie.

Mais c'est un peu à chaque région son problème. Dans le Sud-Est par exemple, plusieurs études réalisées notamment dans la Drôme ont démontré que si le nombre d'épisodes pluvieux significatifs était stable voire en léger retrait, l'intensité moyenne de ces épisodes était en hausse significative. Rien ne permet de lier ce constat au RC, et même si Météo France se garde bien de tout rapprochement, les craintes sont légitimes.

Pour ta question sur l'urbanisation, à vrai dire que je ne sais pas trop. Pour quelqu'un comme moi qui n'avais connu quasiment que la côte méditerranéenne et ses excès en la matière, la côte landaise me parait remarquablement préservée et encore naturelle. Mais je ne doute pas qu'il a du y avoir par endroits quelques permis accordés de manière "légalement borderline" comme on dit. Dans l'ensemble, je pense quand même que le département est assez bien protégé en la matière.

Sinon oui, avec le pin, on fait des lambris... et des meubles Ikéa. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 76
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mar 30 Mar - 12:09

Citation :
Même s'il n'existe aucun lien établi entre la survenue de tempêtes de ce genre et le réchauffement climatique, le constat conduit quand même à la réflexion. Pour les chenilles, qui profitent d'hivers de moins en moins rudes et de printemps de plus en plus précoces et doux, par contre, le lien est assez évident. Dans tous les cas, le résultat est sans appel : en l'absence d'une politique réelle et forte de préservation du massif, il ne restera plus grand chose du massif forestier landais d'ici 20/30 ans. Un peu comme les glaciers de Michel.
Complètement d'accord. Faudra-t'il attendre une "durée significative" pour admettre que les évènements météo exceptionnels semblent tout de même fortement (et logiquement) corrélés avec cet autre autre évènement exceptionnel qu'est le "réchauffement" ? On a le droit d'émettre des hypothèses logiques, même si la rigueur impose une certaine prudence et du recul suffisant avant de devenir affirmatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 76
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mar 30 Mar - 12:26

Citation :
S'il faut attendre nos politiciens, on a le temps de voir venir et ...de pleurer nos pertes.
Il n'y a pas que des voyous. Il faut tout de même reconnaître que les "catas" pleuvent (et s'il ne s'agissait que de pluie !), sans que personne n'en soit responsable (des catas, pas de leurs conséquences).


Dernière édition par @lizé. le Mer 21 Avr - 1:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 76
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mar 30 Mar - 12:34

Citation :
l'intensité moyenne de ces épisodes était en hausse significative. Rien ne permet de lier ce constat au RC, et même si Météo France se garde bien de tout rapprochement, les craintes sont légitimes.
MF lisse systématiquement. C'est la "culture maison". Ce qui fait sourire à chaque fois Calvi dans les débats se rapportant aux catas climatiques. Il me paraît très logique de considérer que si quelque chose (ou plusieurs à la fois) chauffe notre marmite, son potentiel énergétique augmente, d'où la violence des phénomènes en dépendant directement. Il n'est pas interdit de l'expliquer ainsi au grand public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mer 7 Avr - 15:03

Salut
Après les 21.5° C de Bourg St Maurice hier, chez moi on a dépassé les 19° C aujourd'hui.
L'indice thêta qui est le traceur de masse d'air pour les modèles montre très bien que sur les Alpes, l'Alsace et la Suisse il fait chaud.
On a approximativement +8° C à 850 Hpa ou vers 1500 m.
C'est déjà arrivé en mars, puis maintenant début avril.
Une fois ça passe, ça s'explique , mais après...tout lasse sauf les glaces.
Plus sérieusement, on peut difficilement concevoir une nouvelle répartie climatique glaciaire lorsque l'on voit de pareils phénomènes.
Du -9° C à 3800 m, déjà + 3° C à 2300 m ce matin; tout cela est peut-être normal, mais alors, le déclin glaciaire est lui aussi normal.
En prenant en considération le réchauffement de certains glaciers, les températures printanières n'y sont pas étrangères.
Et ces poches chaudes sur l'est, expliquées par Stéphane, me troublent quand même. Pas dans leur réalisation météorologique, mais dans leur récurrence actuelle.
Et le résultat est la. Trop peu de précipitations et des sortes de "fœhn d'altitude" tôt dans la saison; s'il devait encore persister un doute, je crois qu'il n'est pas farfelu de dire que ce genre de situation n'est pas en adéquation avec un refroidissement conséquent pour voir une évolution glaciaire pérenne et importante.
Et il y a toujours des connards pour nous annoncer une glaciation imminente.
Bon après-midi
serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mer 7 Avr - 17:48

Citation :
Pas dans leur réalisation météorologique, mais dans leur récurrence actuelle.

Ce n'est pas tant leur récurrence que leur intensité qui est une marque du réchauffement.

Des flux de Sud-ouest, il y en a toujours eu, et c'est une composante primordiale de notre climat ouest européen. La situation synoptique typique, et ce quasiment toute l'année, c'est que notre climat est fait de contrastes entre des remontées de Sud-ouest à l'avant des zones de basses pressions qui déboulent de l'Atlantique, des rafraichissements humides en flux d'Ouest à Nord-ouest, et des transitions relativement calmes entre les deux. C'est le schéma des ondulations, qui nous gouverne en moyenne deux jours sur trois dans une année.

Après, on a les situations de blocage, apportant des flux autres (Nord, Est, Sud), qui peuvent être plus ou moins nombreuses certaines années que d'autres, et qui sont généralement les moteurs des conditions de températures les plus extrêmes sur notre pays en froid comme en chaleur. Cet hiver, ces situations se sont taillé la part du lion. Je ne sais pas si on peut tenter une quelconque approche entre ce constat et le changement climatique : on sait que ces situations "atypiques" étaient relativement nombreuses au milieu du XXè siècle, que les situations "classiques" sont allés par la suite crescendo durant les années 1980 et 1990, et que les situations "atypiques" ont tendance à revenir depuis que nous avons basculé dans les années 2000.

Je ne suis pas convaincu qu'il faille davantage chercher dans les oscillations une explication à ces évolutions. Quelqu'un que vous connaissez bien Michel et Serge avait remarqué que ces tendances n'étaient pas trop mal correlées à l'indice NAO. En même temps, vu que l'indice NAO dépend de ces situations (et non l'inverse) vu qu'il est calculé sur le positionnement des centres d'actions, difficile de ne pas ressembler à un serpent se mordant la queue...

Pour en revenir au sujet initial, depuis le dernier gros blocage froid de la première quinzaine de mars, nous avons rebasculé dans le schéma "traditionnel" de flux de Sud-ouest précédants des dégradations atlantiques. Cela nous a mené à des poussées chaudes assez intenses, ponctuées de périodes un peu plus fraiches.

A ce niveau, Serge, on peut faire une piqûre de rappel de ce qui était évoqué en fin d'hiver : la situation d'AO très fortement négative a certes cantonné les masses froides aux latitudes moyennes, mais aussi généré une accumulation de masses chaudes dans les régions subtropicales. D'où "l'avertissement" que j'avais émis en fin d'hiver (je n'ai pas réussi à retrouver le post), où j'avais signalé que si on ne pouvait pas prévoir si l'on aurait des flux de Sud-ouest au printemps, n'importe laquelle des advections douces qui en découlerait aurait le potentiel de faire monter très haut le mercure du fait de réserves chaudes plus massives que d'habitude. C'est exactement ce qu'il se passe depuis la seconde quinzaine de mars : des coups de Sud-ouest relativement marqués mais loin d'être exceptionnels, mais un mercure qui à chaque fois grimpe très vite ... et très haut.

Après, il ne faut quand même pas minimiser l'impact du foehn, qui ne connait pas la barrière des saisons. Au passage, le CEP en est une très belle illustration dans son run de ce matin:



Ce qui est intéressant, c'est la manière dont ce run permet d'imager la puissance que peut avoir le foehn en cette saison : avec un flux de sud relativement modéré, on atteindrait les +12° à 850 hPa sur la Bavière, soit la même valeur que sur le sud de l'Italie. Et par débordement, l'Alsace et la Franche Comté seraient les deux régions les plus douces en altitude de France, juste après la Corse. On voit aussi l'impact de la chaîne Pyrénéenne, avec une poche à +8° des Landes au Roussillon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Jeu 8 Avr - 17:59

Treize a écrit:
Des flux de Sud-ouest, il y en a toujours eu, et c'est une composante primordiale de notre climat ouest européen. La situation synoptique typique, et ce quasiment toute l'année, c'est que notre climat est fait de contrastes entre des remontées de Sud-ouest à l'avant des zones de basses pressions qui déboulent de l'Atlantique, des rafraichissements humides en flux d'Ouest à Nord-ouest, et des transitions relativement calmes entre les deux. C'est le schéma des ondulations, qui nous gouverne en moyenne deux jours sur trois dans une année.
Dans ce que tu dis, je retrouve bien ce régime d'ondulations que je crains beaucoup. Ces ondulations durent souvent longtemps, la semaine, et ce type de courant ne nous apporte jamais rien de bon, on attrape tous ces petits fronts chauds, humides, mais avec peu de précipitation, rarement de la neige.
Et le temps passe dans l'attente d'une perturbation qui déboulerait de Nord-ouest ! Malheur de malheur c'est encore une remontée douce à l'avant d'une zone de basses pressions qui se présente, et notre petit fœhn qui ne nous lâche pas...
De plus cet hiver, on a cette succession de blocages avec vents d'Est qui nous privent chaque fois de le neige espérée, ce que tu décris ci-dessous.

Citation :
Après, on a les situations de blocage, apportant des flux autres (Nord, Est, Sud), qui peuvent être plus ou moins nombreuses certaines années que d'autres, et qui sont généralement les moteurs des conditions de températures les plus extrêmes sur notre pays en froid comme en chaleur. Cet hiver, ces situations se sont taillé la part du lion. Je ne sais pas si on peut tenter une quelconque approche entre ce constat et le changement climatique : on sait que ces situations "atypiques" étaient relativement nombreuses au milieu du XXè siècle, que les situations "classiques" sont allés par la suite crescendo durant les années 1980 et 1990, et que les situations "atypiques" ont tendance à revenir depuis que nous avons basculé dans les années 2000.
Et c'est exact que l'on constate de vraies séries dans ces types de temps.

Citation :
D'où "l'avertissement" que j'avais émis en fin d'hiver (je n'ai pas réussi à retrouver le post), où j'avais signalé que si on ne pouvait pas prévoir si l'on aurait des flux de Sud-ouest au printemps, n'importe laquelle des advections douces qui en découlerait aurait le potentiel de faire monter très haut le mercure du fait de réserves chaudes plus massives que d'habitude. C'est exactement ce qu'il se passe depuis la seconde quinzaine de mars : des coups de Sud-ouest relativement marqués mais loin d'être exceptionnels, mais un mercure qui à chaque fois grimpe très vite ... et très haut.
Je m'en souviens, j'ai cherché une heure, mais je n'arrive pas à tomber dessus...

Au final on se retrouve avec le même déficit neigeux que l'hiver dernier, malgré que des "esprits bien informés par leurs gourous" continuent à prétendre que nous sortons de 2 hivers exceptionnellement neigeux... C'est vrai que la neige à Marseille de l'hiver dernier a fait de gros dégâts dans leurs petits cerveaux, et que les Alpes du Sud bien enneigés ne représentent pas grand chose, mais permet leurs délires frigorifistes.
Qu'ils viennent donc constater l'alimentation déficitaire des bassins d'accumulation de nos glaciers après l'hiver dernier, l'été qui a suivi, et cet hiver.
Sur 4 hivers, 2006/2007 le plus doux depuis sans doute un siècle, celui de 2007/2008 avec un gros enneigement (6 m 50 à 3000), et 2008/2009 + 2009/2010 avec seulement 3 m 70 et autour de 4 m.
Sur 4 hivers, 3 au dessous de la moyenne décennale, qui est déjà bien faible... Pas de quoi sortir les glaciers du scénario "toujours moins de glace" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Sam 17 Avr - 15:05

Salut à tous,
État des lieux du massif des Vosges au 17 avril.
Une petite randonnée dans les Vosges m'a permis de voir ou en était le bilan de cet hiver qu'on entend dire neigeux et rigoureux.
Les combes autrefois skiables en plein mois d'août n'ont déjà plus de traces de neige.
Au bord des routes la hauteur maxi est de 1.50 en endroit d'accumulation venteuse mais sur une très fine largeur.
Autrement les chaumes sont bien dégarnies, il y fait 10° C et ça fond bien, malgré le vent d'est qui souffle encore et ce depuis plusieurs jours.
Absolument rien de comparable avec avril 1999 ou avril 2006 ou les hauteurs au bord des routes dépassaient les 2 m de neige et bien plus dans les combes protégées; en dépit de cela aucune neige n'a résisté plus loin que début juin sur ces 2 années.
Si la douceur en flux de sud-ouest arrive comme cela est entrevue, le reste de neige ne va pas faire long feu.

Donc hiver neigeux et rigoureux pour les médias et toujours cette bande d'ahuris qui voient des glaciations à chaque gelée blanche...et en observation, ô rage ô désespoir.
Je préfère ma version des faits: hiver continental, peu neigeux dans l'ensemble avec l'absence quasi totale d'un flux de nord-ouest, et même océanique.
Il est pourtant tombé près de 2 m de neige dans les Vosges en mesure ponctuelle; nous avons depuis plusieurs mois l'occasion de vérifier des températures sous les normales saisonnières, avec un flux d'est qui a sévit presque toute la première quinzaine d'avril.
Bilan: quelques journées douces ont suffit à une fonte précoce et l'impossibilité de voir perdurer des névés au delà de juin (et encore si on y arrive).

Les causes sont sans doute multiples et à soumettre aux experts; pour ma part j'y vois un gradient thermique qui s'élève de plus en plus et ces fameuses bulles chaudes qui se positionnent sur notre massif de manière bien cavalière.
Stéphane a déjà très bien expliqué la cause de ces bulles chaudes; je reste cependant assez favorable à l'hypothèse que ces bulles chaudes sont à corréler avec le réchauffement global, car si effectivement elles sont explicables, leur ampleur durant la ou les 2 dernières décennie est de plus en plus remarquable. Ce qui expliquerait en partie cette impossibilité de voir perdurer plus longtemps les quantités de neige relativement importantes ce certains hivers au delà du printemps (hiver 1998/1999 et 2005/2006 qui reste la référence neigeuse des 20 dernières années).

Bon week-end à tous
Serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mer 21 Avr - 20:08

Bonjour,

Tandis que les flocons se sont sporadiquement invités jusqu'en plaine en Allemagne aujourd'hui, le mercure a atteint 28.0° à Dax dans les Landes. J'étais content de ne pas bosser dehors aujourd'hui ! La vie est parfois faite de hasards, comme celui qui a voulu que votre serviteur, passionné de neige et de froid, ait été muté dans l'une des villes les plus chaudes de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Mer 21 Avr - 21:29

Treize a écrit:
ait été muté dans l'une des villes les plus chaudes de France.
Stéphane tu n'as plus qu'à te faire per-muter avec un montagnard qui ne demande qu'à aller vivre au chaud, il y en a plus qu'on l'imagine... Ton épouse aimera forcément le ski la neige et le froid Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 34
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations météorologiques   Sam 24 Avr - 21:11

Tu sais Michel, je crois que ma chère et tendre n'est pas forcément très passionnée du froid, de la neige, du gel, du gris... Je ne sais pas si tu as vu le film twillight (le 1er), ce n'est vraisemblablement pas trop de ta génération, mais elle est comme Bella débarquant dans le coin le plus pluvieux et le plus frais d'Amérique, et annonçant qu'elle n'aime pas trop le vent, la pluie, la neige, le gris, le brouillard Very Happy

Alors, autant dire qu'elle se plait très bien ici, qu'elle ne veut pas en partir, alors après c'est tout un proverbe (en l'occurence : "ce que femme veut, homme fait").

Blague à part, après cet hiver bien frais qui se place franchement dans les tendances de moyen terme françaises (léger rafraichissement des hivers après les excès des années 90), un mois de mars dans les normes en global mais tiraillé dans le détail entre une dernière salve du général bien marquée et une première bouffée chaude précoce, nous partons sur un mois d'avril plus franchement excédentaire.

Sur les quarante dernières années, les quatre mois qui vont d'avril à juillet sont dans le top 5 des mois qui se réchauffent le plus. Les étés semblent véritablement chaque année plus précoces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Observations météorologiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Observations météorologiques
Revenir en haut 
Page 3 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vos observations du samedi 24 novembre 2012
» Les observations du vendredi 5 novembre 2010
» Les observations du vendredi 17 septembre 2010
» Les observations du jeudi 25 novembre 2010
» Vos observations du samedi 23 avril 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Chamonix :: Divers :: Météorologie-
Sauter vers: