Le Forum Chamonix
Pour pouvoir répondre aux sujets existant ou en créer de nouveaux, il faut être inscrit sur le forum.

- Si vous êtes inscrit, merci de cliquer sur "connexion"

- Pour vous inscrire, et profiter de toutes les fonctionnalités du forum, veuillez cliquer sur "S'enregistrer"

- Si vous voulez rester simple "invité", cliquez sur "ne plus afficher"
L'équipe



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Retour à la Page  
http://www.soleilinvest.com/ima/styl/montagne.gifNous vous rappelons que pour profiter d'un confort de lecture étendu, ainsi que de toutes les fonctionnalités du forum (poster des messages,
répondre aux sujets, accèder au tchat en direct ... ) il est nécessaire de vous inscrire en cliquant ici
http://img1.xooimage.com/files/c/5/a/kcontrol-2b20a.png Nous recherchons actuellement un modérateur pour le forum, si vous êtes intéressé merci de me contacter par Message Privé (lechamoniard)
ou par mail à info@ski-chamonix.fr

Forum déclaré à la CNIL sous le numéro 1498554

Partagez | 
 

 Climatologie du Pays du Mont Blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Ven 1 Jan - 11:18

Citation :
Serge : 5 septembre 2009.

Tentative d’explication sur le pourquoi du manque de précipitations sur le versant Chamoniard des Alpes, et qui a perduré tout l'hiver 2008/2009, tout le printemps, l'été et l'automne 2009.

Un système de front froid dédoublé (ou l’ascendance du flux chaud est incliné vers l’avant du système) est arrivé dans la nuit de vendredi à samedi sur les Alpes Chamoniardes.
Très peu de temps après, il y a eu une poussée de hauts géopotentiels (un bras transversale) sur les Alpes Françaises.
En même temps pratiquement, un front chaud traversait les Alpes Suisses et le nord de l’Italie.

Les paramètres orographiques étant très sensibles à ces petites variations de front peuvent faire penser que les précipitations se fassent plus abondantes au versant opposé à la chaine Chamoniarde.

Il est à noter que ce genre d’évènement s’est produit l’hiver dernier (précipitations neigeuses abondantes) à Courmayeur (Italie).
Il faudra donc vérifier si une déviation (provisoire ou pas) des flux est engendrée par la colonne d’air chaud à 500 Hpa, trop dominante sur les descentes froides, en rejetant ainsi vers l’Est les précipitations.

Ceci fait partie de suppositions pour expliquer le phénomène en place actuellement et ne suppose en aucun cas une théorie avérée.
Un cas d’école peut être fait dès le prochain zonal « franc et massif ».

La période d’équinoxe pourrait nous amener ce zonal tant attendu et nous pourrions ainsi voir si cette déviation est plausible ou pas.

Tout cela est très complexe tout de même, donc prudence.


Dernière édition par Michel le Sam 23 Jan - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Dim 3 Jan - 13:37

HAUTE SAVOIE,
2009 est la troisième année la plus chaude depuis 1876.


En 134 ans, l'année que nous venons de quitter se classe au troisième rang des plus chaudes pour le département de la Haute-Savoie. En effet selon les données de Météo France sur Annecy, avec 11,5 degrés de moyenne annuelle, en 2009 la température fut de 1,3 degré supérieure à la moyenne observée entre 1960 et 1990.

Depuis 1876, la moyenne annuelle est de l'ordre de 9,9 sur la Haute-Savoie, selon Gilles Brunot, chef de centre de Météo France à Chamonix. Seules deux années ont vu le mercure grimper au-delà de 2009 : 2003, bien sûr avec 11,9 de moyenne annuelle et 1994, 11,8. En dix ans, la température a augmenté d'environ 0,3 degré (+1,8 en 134 ans) dans le département.

Coté précipitations, 2009 aura été certes plus sèche que la normale mais pas l'une des plus sèches. En effet, 2003, 2 004 et 2 005 ont enregistré moins de précipitations. Depuis 1934, on a connu seize années plus sèches. Novembre et décembre très pluvieux ont partiellement comblé le retard en pluviométrie qui demeure tout de même de deux mois, avec 1 036 mm de précipitations (1 247 pour une année moyenne).
REPÈRES EN CHIFFRES.

2003 avec 11,9° de moyenne annuelle à Annecy et 1994, avec 11,8° sont les deux années recensées les plus chaudes depuis 134 ans par les données de Météo France.
Avec 11,5 degrés et un déficit de pluviométrie de l'ordre de 200 mm (soit l'équivalent de deux mois de précipitations), 2 009 aura été l'une des années les plus chaudes.
Si elle fut plutôt sèche, au moins 16 années l'ont été davantage depuis 1934.
Par La Rédaction du DL, le 02/01/10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Nicolas91

avatar

Messages : 1056
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Ven 15 Jan - 10:06

Bonjour

J'ai une petite question: Very Happy
Je voudrais bien savoir comment fonctionne le phénomène d'inversion
de temperature. A cause de quoi cela ce produit il ? Question

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Ven 15 Jan - 10:39

Salut à tous,
salut Nicolas,
L'air froid est plus lourd que l'air chaud, c'est pourquoi on se retrouve souvent en phénomène d'inversion de températures lors de périodes anticycloniques. Cet air froid peut provenir d'un anticyclone scandinave, donc un flux d'est mais dont la hauteur en air froid est relativement faible par rapport à l'air chaud qui nous est envoyé par l'anticyclone des Acores par exemple. Le phénomène le plus remarquable c'est dans les années 70/80 que je l'ai connu. Il y avait en plaine d'Alsace -5° C avec 30 cm de neige au sol et à 600 m d'altitude il y faisait +20° C et la neige avait pratiquement fondue.
Un hiver très froid se solde par des températures remarquablement basses en haute altitude; cela se produit lors de l'arrivée de grands froids polaires avec des colonnes d'air froid imposantes, comme celle du 20 décembre.
Dans les Alpes, mais Michel est mieux placé que moi pour en parler, les remontées chaudes sont parfois impressionnantes et on se retrouver avec des températures simplement froides en hautes altitudes et très basses en vallée. Le contraste est saisissant et très mauvais pour les massifs bien sûr.
Cela se produit donc en raison de deux conflits de masse d'air, mais leur propriétés physiques les fait se superposer au lieu de s'annihiler; du moins durant un laps de temps que conditionne la météorologie. Si l'air doux d'ouest arrive en grande quantité, le froid en basse couche peut être vite balayé. Cependant
,par ciel clair, on peut le lendemain se retrouver avec des conditions à nouveau d'inversion. C'est pourquoi se produit le phénomène de verglas. Lorsque je pars de chez moi à 600 m, j'ai +2° C et arrivé en plaine il peut faire -3° C.
Les cas extrêmes comme le 24 décembre 1997, je crois, provoquent des phénomènes météorologiques remarquables. Durant près de 2 jours il a plut par -3° C. Les arbres s'écroulaient sous le poids de la glace. Explication: une arrivée d'air froid polaire s'installait en basse couche alors que l'air était encore chaud en altitude. Puis petit à petit, cet air froid a pris l'avantage et il a persisté durant 3 semaines. L'inverse s'est produit lors du redoux, l'air chaud s'est installé petit à petit en altitude, alors que l'air froid stagnait encore en plaine et fond de vallée.
Si tu as d'autres questions, n'hésite pas.
Si je n'ai pas été clair, ne te gêne pas pour le dire.
Bonne journée
serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas91

avatar

Messages : 1056
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Ven 15 Jan - 10:45

Merci Serge pour les explications je comprend mieux le phénomène.
Il se produit seulement sous certaines conditions de masse d'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Sam 16 Jan - 9:01

Bonjour Nicolas, Serge, et à tous.

A Chamonix, alors qu'il gèle dur en vallée, nous avons souvent la surprise, en montant par exemple à Lognan 1972 m de constater une grande douceur qui surprend toujours.
Comme l'a expliqué Serge, une arrivée d'air doux en altitude s'est produite, mais sans vent dans les basses couches stables, l'air doux a glissé sur le lac d'air froid sans se mélanger, et comme l'air froid est plus lourd, il ne montera pas et ce sera un véritables lac d'air froid qui peu stagner en fond de vallée, parfois plusieurs jours.
Seul un vent turbulent peut provoquer le mélange entre les deux masses d'air et rétablir une situation qui était bloquée.

On remarque aussi très souvent l'hiver qu'il fait moins froid à Argentière qu'à Chamonix. Là aussi c'est l'air froid plus lourd qui s'accumule dans le creux de la vallée, et même le soleil, lorsqu'il est bas comme en hiver n'arrive pas à rééquilibrer les choses.
La brume ou le brouillard accentuent encore le phénomène, il fait glacial avec du givre partout dans le fond de la vallée, et sec et moins froid au dessus.
Là ce n'est pas l'advection d'air doux en altitude qui provoque cela, seulement "l'effet de lac", air froid lourd et stable, qui dans ce cas est également humide.
Le matin au printemps c'est aussi le cas, mais là le soleil est assez puissant pour rééquilibrer les choses, et en journée on ne le remarque plus.

En atmosphère libre, la température baisse d'environ 0,6° par 100 m, mais en montagne ce n'est jamais si régulier. Cette théorie est mise à mal par le relief, le long des pentes l'air chauffé par le soleil remonte la pente, et il la redescend lorsque le soleil s'en va. On le ressent entre Balme et Albert 1er, où en après midi un vent assez fort et chaud remonte les pentes.
C'est ce qui provoque les vents de pentes, parfois forts, en particulier l'été, et les vents de cols, la loi des vases communicants fonctionnant à plein, l'air qui descend d'un côté aspire l'air chaud qui monte depuis l'autre versant et se refroidit, d'où ce courant d'air. On le ressent bien au col des Montets tous les jours d'été dès que le soleil est là, et ça se calme le soir.

Ces vents provoquent les fameux nuages cumuliformes au sommet des pentes, comme au Brévent ou ailleurs, où l'air chaud et humide s'est condensé au contact de l'air plus froid d'altitude, et tout se rétablit le soir.

On le voit aussi lorsque l'on descend à Carrefour Sallanches, où un vent continu souffle dans la plaine pour compenser ce qui est remonté le long des pentes du massif.
Vous trouvez ici quelques graphiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 75
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Lun 8 Mar - 13:46

Michel, tu es un remarquable observateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mar 23 Mar - 16:52

Salut tout le monde,
Petit bilan thermique au 20 mars entre Chamonix (1035 m) et Sondernach (Alsace 600 m).

Moyenne mensuelle Sondernach = + 2.2° C
Moyenne Chamonix = + 0.9° C

Différence = 1.3° C.
C’est beaucoup et peu à la fois.
Sur un plan saisonnier et sur l’ensemble du pays cela serait important, à saison égale (hiver par exemple).
Sur le plan local avec la différence d’altitude et le gradient thermique de 0.6° C, cela devrait logiquement nous amener à environ 2.4° C. Ce qui donne environ 1° C de différence.
On peut y rajouter la température la plus élevée du mois :
Sondernach = + 17.1° C le 19 mars
Chamonix = + 18.9° C le 19 mars

La température la plus basse :
Sondernach = - 10.4° C le 7 mars
Chamonix = - 12.9° C le 6 mars.

1 seule journée sans dégel pour Chamonix
3 journées sans dégel pour Sondernach.

Il est évidemment totalement déplacé d’en tirer des conclusions définitives.
Cependant, on remarque tout de même que la latitude est un paramètre non négligeable.
Ensuite on remarquera aussi que la journée du 19 a été plus chaude de 1.8° C à Chamonix.
La journée la plus froide a été de 2.5° C plus froide à Chamonix qu’à Sondernach, mais que les journées sans dégel sont au nombre de 3 à Sondernach contre 1 pour Chamonix.

En outre, une moyenne de + 0.9° C pour Chamonix, quoique < à la moyenne de la période 1971/2000 qui est de +2.7° C est loin du quintet le plus froid de la même période qui est de -3° C en moyenne.
Dans les Vosges à 1000m, nous étions loin des 18.9° C le 19 mars.

L’orographie, l’environnement montagnard exceptionnel de Chamonix sont sans doute pour quelque chose dans cet « illogisme » météorologique si on peut le nommer ainsi.
Mais si maintenant on étudie le fonctionnement de nos glaciers Alpins, je ne pense pas qu’il soit imprudent de trouver certaines corrélations « climatiques », avec peut-être des appoints chauds par courant de sud à sud-ouest plus incisifs.
L’effet de fœhn a toujours existé ; la question que l’on peut se poser c’est si cet effet prend d’autres allures que lors de périodes plus froides ou s’il est de notoriété « banale » que ce peu de différence thermique entre deux points de latitude différente (altitude incluse), soit courant.
Car on pourrait également imaginer une telle différence sur un mois bien en-dessous des moyennes de la période 1971/2000 ; on pourrait alors imputer la cause aux effets de la latitude et de l’orographie.
Mais je manque de données.
Encore une fois, ce ne sont pas 20 jours d’un mois de 2010 qui vont répondre à la question ; mais il m’a semblé intéressant de faire un petit comparatif ponctuel sur un mois de mars qui aura vu du froid assez rare ces dernières années durant une bonne dizaine de jours et une 2ème et 3ème décade qui aura vu son contraire.

Bonne journée.
Serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mar 23 Mar - 17:30

Pour comparer ces 2 régions climatiques différentes, j'ai lu récemment que la baisse de température pour chaque 100 m d'altitude, est égale à la différence de température pour chaque 100 km de latitude, soit environ 0,6° pour l'une comme pour l'autre.
Mais le fait que Chamonix soit en fond de vallée encaissée, modifie pas mal les conditions climatiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mer 24 Mar - 21:06

Le climat du massif du Mont Blanc.

C'est un climat continental typique avec un maximum de précipitations bien marqué en juillet-août et un minimum en janvier-février.

Pour un gradient annuel moyen de 0°5/100 m, l'isotherme annuel de 0° se situe vers 2 300 m. A cette altitude, 5 mois ont des moyennes négatives et reçoivent la presque totalité de leurs précipitations en neige, mais juillet-août ont encore des moyennes de près de 9°. Ce n'est qu'à 3 000 m que les fortes précipitations d'automne et de printemps tombent essentiellement sous forme de neige ; à 3 800 m, juillet a une moyenne de 0°. Ce n'est qu'à cette altitude que la totalité des précipitations tombe en neige.

A première vue, ces conditions climatiques ne sont pas extrêmement favorables aux glaciers. C'est l'existence de vastes zones au-dessus de 3 000 m qui explique pratiquement seule leur étendue.

La situation du Mont Blanc n'est favorable aux glaciers qu'en altitude, et encore les vastes surfaces d'accumulation au-dessus de 2 800 m sont-elles réduites par l'aération du massif.

Dans la vallée, les chaleurs d'été sont trop fortes : les maximums dépassent 30° presque chaque année. A midi en juillet, il fait plus chaud à Chamonix qu'à Monaco.
La moyenne de Chamonix, réduite au niveau de la mer (12° 05), en fait une région chaude malgré la latitude : les moyennes à 1 000 ou 2 000 m s'en ressentent.
Le rythme continental des précipitations n'est pas non plus très favorable aux glaciers.

Le laboratoire de glaciologie du C.N.R.S. (les Cosmiques) est situé à 3 600 m d'altitude au pied du Mont Blanc du Tacul. Pratiquement à cette altitude toutes les précipitations tombent sous forme de neige ou de pluie gelée.
Généralement la seule fonte notable des neiges à cette altitude, la seule ablation, se situe au voisinage du solstice d'été entre le 15 juin et le 15 juillet. L'eau de fonte s'infiltre en profondeur où elle regèle. Par année froide et humide, l'ablation est presque nulle.

D'après nos observations en juillet 1961, il est tombé du 1*' au 16 juillet 65 cm de neige équivalant à 162 mm d'eau. Pour l'ensemble du mois de juillet, il est tombé sous forme de neige l'équivalent de plus de 200 mm, et peut-être 250 mm d'eau.

Dans la zone sommitale du Mont Blanc, durant ce même mois, on a enregistré des chutes de neige énormes (comme celles qui paralysèrent la cordée Bonatti au Freney, versant italien). D'après nos observations, on peut estimer alors raisonnablement à plus de 4 mètres de neige fraîche (400 mm en eau) les chutes de juillet au-dessus de 4 000 m.

A partir de 1960, l'excédent d'enneigement devient considérable. Il neige à Chamonix (1 000 m) jusqu'au 24 avril.

Le 1er mai l'enneigement moyen est plus du double de la normale. Juillet 1960, au Tour, fut un des plus froids depuis 50 ans : la moyenne trimestrielle juillet-septembre fut de 11°8.[/b] « L'été 1960 a été exceptionnel, la glace vive n'apparaissant que fin juillet et les premières chutes de neige apparaissant début septembre » (L. Lliboutry).

Le relevé des altitudes de la haute surface de la Vallée Blanche fait par cet auteur montre qu'en 1960 le névé avait retrouvé les mêmes altitudes que lors des mesures de J. Vallot en 1911 (période de crue relative). En 1961, les cotes avaient monté en moyenne de 26 cm. Pour l'hiver 1960-61 : « Dès fin octobre la neige s'installa au-dessus de 2 000 m en haute montagne, le maximum d'enneigement fut plus fort et plus tardif que d'habitude... la fonte ne progressa que lentement et ce ne fût qu'à partir du 24 août qu'elle fut réellement active... c'est le mois de septembre qui fut le plus chaud de l'année, ce qui ne s'était jamais produit. »

L'hiver 1961-62 fut exceptionnellement long. Le mois de mai 1962, par exemple, eut des froids inconnus depuis un siècle. A la mi-mai la neige tombait encore à gros flocons dans toutes les Alpes du Nord jusqu'à 1 800 m. La température moyenne de juin fut également de 2°1 inférieure à la normale. Les minimums absolus du mois ont aussi dépassé de 2° les précédents records. De grosses chutes de neige ont encore lieu à moins de 2 000 m jusque vers le 20 juin.

Le mois de juillet reste froid et neigeux en montagne. Seulement août et septembre seront beaux et assez secs. Octobre est déjà très froid. En décembre 1962, l'enneigement est exceptionnel.

Sources : Jean Corbel. Revue de géographie alpine
Extrait de cette page du site.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mar 30 Mar - 16:56

Salut,
Le problème du fœhn se retrouve à nouveau au cœur des prochains jours dans le massif du Mont Blanc. Et les chutes de neige attendues ou du moins espérées au regard des prévisions pour la transition de mars à avril, devront sans doute être revues à la baisse.
Michel confirmera.
Variabilité naturelle d’une décennie ou plus ? Pas si sûr.
Mais pour être honnête le problème est suffisamment complexe pour ne pas valider de but en blanc des suppositions par observation.
Cependant, on peut se poser un certain nombre de questions.
En regardant les archives de température globale de nos deux hémisphères, on peut remarquer que si la « balance thermique » est de notoriété, lorsque des périodes froides, voir rigoureuses prennent possession de nos zones tempérées (Groenland avec excédent ou Nord Canada ou même Sibérie orientale), les années antérieures à la période 1980 environ, ont néanmoins un « excédent froid » qui permet une limitation dans la durabilité du phénomène.
Ainsi on peut voir qu’un mois de zone en excédent peut vite être remplacée le mois d’après par une perte thermique.
Par comparaison, les années postérieures à cette période voient le phénomène inverse, c’est-à-dire une impossibilité corrective puisque nous ne nous retrouvons plus en perte mais en « excédent thermique » sur une surface nettement plus importante.
Que devient alors un changement de circulation atmosphérique, dans le cas supposé ou celui-ci se réalise ?
Et c’est la une des « énigmes climatique », puisque si le changement intervient, il devrait être mis en corrélation avec le phénomène précité, celui de l’excédent thermique postérieur aux années 1980 environ.
Mais si celui-ci ne diminue pas, je crains que l’on ait longtemps à attendre un changement dans la circulation atmosphérique.
Et encore, on peut ajouter de la difficulté, en l’occurrence les années 90 avec un flux dominant de sud, sud-ouest et une décennie 2000 ou la prédominance semble changer avec un flux devenant presque récurrent d’est ou de nord-est.
Alors, à quand le flux de nord-ouest, porteur de ces neiges abondantes en montagne.
Le problème est loin de pouvoir être simplifié comme je l’ai fait ; mais toujours est-il que la température globale en nette progression ces dernières années me semble être un élément majeur pour toute tentative d’extrapolation.
Avis aux amateurs.
Serge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Jeu 1 Avr - 8:02

serge a écrit:
Le problème du fœhn se retrouve à nouveau au cœur des prochains jours dans le massif du Mont Blanc. Et les chutes de neige attendues ou du moins espérées au regard des prévisions pour la transition de mars à avril, devront sans doute être revues à la baisse.
Michel confirmera.
Variabilité naturelle d’une décennie ou plus ? Pas si sûr.
Le fœhn est notre maladie chronique certains hivers.
Si le massif était de basses collines, il n 'y aurait que des semblants de fœhn. Mais nous avons un gros massif, véritable barrière en travers des perturbations arrivant par le Sud, et qui ainsi fabrique cet effet de fœhn.

Nous connaissons bien ces tendances, hivers très fœhnés où les chutes de neige sont retardées et n'apparaissent qu'en fin de perturbations.
Il y a aussi des hivers où les perturbations nous arrivent directement par l'Ouest ou mieux encore par le Nord-Ouest, et là ce sont les gros paquets de neige.
Il nous faut un fort courant zonal pour que les conditions soient favorables à la neige dans les Alpes du Nord, Mont Blanc, Valais.

Les récurrences de courants de Nord ou d'Est, puis de Sud/Sud-Ouest comme c'est le cas cet hiver, ne sont pas favorables à un bon enneigement en montagne.
Mais il faut noter que si les épisodes de fœhn sont fréquents, il n'ont pas le caractère catastrophique des épisodes de fœhn des décennies 1960/80, où les forêts étaient dévastées, 10 000 épicéas au sol en un seul épisode, et de très nombreux toits de chalets arrachés.

On voit bien que la circulation atmosphérique varie, et qu'elle n'est plus la même qu'au cours des décennies 1960/80.
Est ce que cela va durer encore longtemps ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mar 29 Juin - 17:21

Salut,
Température à l'Aiguille du midi ce matin = 0° C.
Il faudra l'avis de Michel pour savoir si c'est dans les normes ou pas.
De toute façon, cela devient dangereux pour les Alpinistes à cause des chutes de pierre.
Il y a une quarantaine d'année lorsque je skiais à Zermatt à côté du Cervin, on trouvait de la neige bien dure sur le glacier ou on évoluait en août.
Lors du retour à 13 heures, il nous arrivait de skier dans la flotte, mais c'était nettement plus bas.
je ne me souviens pas de l'altitude à laquelle on skiait.
Alors c'est peut-être normal en cette période de l'année.
bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mar 29 Juin - 18:56

serge a écrit:
Salut,
Température à l'Aiguille du midi ce matin = 0° C.
Il faudra l'avis de Michel pour savoir si c'est dans les normes ou pas.

Bonsoir Serge.
C'est tout à fait dans les normes, et cet aprèm à la fin de l'orage, la terrasse de l'aiguille du Midi était blanche.
L'aiguille du Goûter, on ne peut pas encore voir car elle est toujours enneigée, après ce mois de juin qui n'a guère déneigé les versants Nord au dessus de 3000 m.

Citation :
De toute façon, cela devient dangereux pour les Alpinistes à cause des chutes de pierre.
Pas pour l'instant, on en est encore aux avalanches avec la chaleur qui est arrivée. Jusqu'à ces derniers jours, le Mont Blanc, très fréquenté, se faisait essentiellement à ski. Cela ne durera pas, car les crevasses de la Jonction sont maintenant en train de s'ouvrir, ce qui met fin à la descente à ski.
Les chutes de pierres ce sera pour bientôt, lorsque les parois seront sèches.

Citation :
Il y a une quarantaine d'année lorsque je skiais à Zermatt à côté du Cervin, on trouvait de la neige bien dure sur le glacier ou on évoluait en août.
Lors du retour à 13 heures, il nous arrivait de skier dans la flotte, mais c'était nettement plus bas.
je ne me souviens pas de l'altitude à laquelle on skiait.
Alors c'est peut-être normal en cette période de l'année.
Ici aussi à cette époque on skiait aux Grands Montets début juillet, jusqu'à 2000 m sur les dernières langues, le matin jusque vers midi. Et tout l'été à Helbronner.

Après une nuit très claire et sans vent, même avec un iso 0° à 4000 m, la neige peut être gelée au lever du jour beaucoup plus bas, souvent 2500 m, par rayonnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Mer 21 Juil - 8:11

A voir sur le site page observations, les statistiques Suisses sur les températures maximales à Genève, donc proche des Alpes, depuis 1983.

Ainsi que l'isotherme 0° cet été en haute montagne, par rapport à la moyenne des années 1973-2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Nicolas91

avatar

Messages : 1056
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Lun 3 Jan - 13:16

Un article sur radio Mont Blanc

L'année 2011 a commencé avec un pic de pollution à Chamonix Photos

Les feux d’artifices du réveillon conjugués avec le phénomène d’inversion de températures ont provoqué une forte hausse des particules en suspension dans l'air.

Samedi matin 1 janvier, Chamonix était donc pollué à cause des festivités. Le niveau d’information et de recommandation était largement atteint et on n’était pas si loin que cela du seuil d’alerte.

Cette pollution était ponctuelle. Aujourd’hui ces fines particules se sont dispersées dans l’air.

Radio Mont Blanc

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   Lun 3 Jan - 14:37

L'article de Dauphiné libéré.

Citation :
Et soudain, les voyants se sont mis au rouge. La préfecture était en ébullition pour cette première matinée de l’année 2011. La cause ? Une alerte à la pollution en particules fines (PM 10) sur la vallée de Chamonix.

Diable, 104 microgrammes par m³ d’air ! Quand on sait que les mesures d’information et de recommandations doivent être déclenchées dès 80 micro g/m³ et le niveau d’alerte à 125, on peut comprendre la préoccupation des responsables de la qualité de l’air, surtout en un secteur où la population est plutôt irritable pour tout ce qui concerne la pollution en général et celle de l’air (souvenons-nous de l’épisode de Passy-Chedde) en particulier.

Alors la cause : une recrudescence d’activité sur la RN 205, un accident majeur ? Dans le doute, on a même demandé à Didier Chapuis, l’ingénieur “patron” de l’air de l’Ain et des deux Savoie de se rendre sur place, à Chamonix, ce premier janvier. Qu’attendait-on de lui au juste : qu’il souffle en l’air pour faire circuler lesdites particules ?

Bref, toujours est-il que le même jour à 16 heures, le dispositif était levé et l’ingénieur pouvait retrouver ses pénates.

Car comme chaque année à la même date, dès lors que le vent ne souffle pas dans la vallée, pétards et feux d’artifices affolent les détecteurs de pollution placés en centre-ville, à deux pas de la place de la Poste, là où s’est déroulé le plus gros de la fête du passage à 2011. Il serait peut-être temps de noter ça dans un coin du calendrier, du côté des services préfectoraux…

Mais bon, ne jetons pas la pierre, mieux vaux trop d’attention que pas assez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Climatologie du Pays du Mont Blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Climatologie du Pays du Mont Blanc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Randonnée du 18 au 20 juin : pays du Mont St Michel
» Bonne écurie - région Mons ou Hauts-Pays
» Captain Cook Diaz du Mont Doux (dep 91)
» Promenade à l'écomusée du pays de Rennes
» Costume pays d'auray / vannetais 1800

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Chamonix :: Divers :: Climatologie-
Sauter vers: