Le Forum Chamonix
Pour pouvoir répondre aux sujets existant ou en créer de nouveaux, il faut être inscrit sur le forum.

- Si vous êtes inscrit, merci de cliquer sur "connexion"

- Pour vous inscrire, et profiter de toutes les fonctionnalités du forum, veuillez cliquer sur "S'enregistrer"

- Si vous voulez rester simple "invité", cliquez sur "ne plus afficher"
L'équipe



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Retour à la Page  
http://www.soleilinvest.com/ima/styl/montagne.gifNous vous rappelons que pour profiter d'un confort de lecture étendu, ainsi que de toutes les fonctionnalités du forum (poster des messages,
répondre aux sujets, accèder au tchat en direct ... ) il est nécessaire de vous inscrire en cliquant ici
http://img1.xooimage.com/files/c/5/a/kcontrol-2b20a.png Nous recherchons actuellement un modérateur pour le forum, si vous êtes intéressé merci de me contacter par Message Privé (lechamoniard)
ou par mail à info@ski-chamonix.fr

Forum déclaré à la CNIL sous le numéro 1498554

Partagez | 
 

 L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 33
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Sam 23 Oct - 17:41

Je sais que cela va surement beaucoup intéresser Serge et aller dans le sens de ce qu'il suspectait : voir sur IC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Lun 25 Oct - 9:34

Salut Stéphane,
J’ai suivi avec intérêt une partie des débats, suite à ton post sur Infoclimat et les réponses des différents intervenants.
Il est pratiquement impossible de ne pas mêler la cause anthropique du réchauffement à ce genre de débat, puisque par définition, en occultant le placement des masses d’air qui pour moi est totalement hors sujet, on traite d’un appareillage climatique qui a ou non impacter l’hiver 2009/2010.
Je vais tirer le diable par la queue, mais si l’on se réfère à notre situation atmosphérique, nous entrons dans une phase inédite. Celle de l’augmentation des molécules de c02, méthane etc, couplée à un rayonnement solaire plus important que lors d’autres phases de forte teneur en co2, avec pour conséquence une élévation de température actuelle plus importante.
Je ne vais pas rentrer dans les détails des études isotopiques du carbone et de l’oxygène qui ont permis ces résultats. On peut donc honnêtement légitimer l’étude, à savoir si notre questionnement est fondé ou non.
D’après moi, au vu des conditions synoptiques de l’hiver passé (sous-entendu son potentiel et non ses placements de masse d’air), je ne me retrouve pas dans les argumentations citées, encore moins dans « chance ou malchance ».
A propos de l’hiver très enneigé 2009/2010, il n’y a qu’à voir le compte rendu du massif Alpin pour se rendre compte de son manque d’étude plus approfondie. D’ailleurs pour faire simple, je n’ai encore vu dans aucun manuel que les glaciers commençaient par se développer à Avignon pour remonter sur Chamonix.
En hiver, la neige doit d’abord tomber en montagne et ce n’est pas sur des passages neigeux de plaine, qui font suite à une conjoncture météorologique particulière, que l’on peut définir un hiver. J’en veux pour preuve l’épaisseur des masses d’air froid, et bien souvent, les hauts sommets Alpins ont eu des températures à peine froide. C’est aussi un paramètre qui « fragilise » nos glaciers.
Pour ce qui est de la relation du climat et des tâches solaires, je ne pense pas qu’il y ai relation directe de cause à effet. Si celles-ci existent, réduire leur complexité à un évènement ponctuel est fantaisiste.

J’irai même plus loin en soulignant que « cet hiver n’était pas programmé pour être rigoureux ».
Si l’on compare les cartes hémisphériques de décembre 62 et de décembre 2009, on voit bien l’énorme différence des températures globales. C’est absolument terrifiant.
Comme je n’ai pas celles de janvier et février 2010 je n’en parlerais pas. Mais globalement sans trop me tromper, ça ne s’est guère amélioré.
Pour décembre, on peut se poser la question d’un « mois surprise » pour notre petit coin occidental, et il n’est même pas exclu que ces « surprises » se poursuivent durant quelques années.
Les simulations actuelles entrevoient une augmentation sur le long terme des différences de pression entre les Acores et l’Islande, avec tous les aléas que cela suppose.
La phase exceptionnelle d’une NAO négative 2009/2010 serait donc le compromis d’une situation induite par des températures bien plus élevées globalement que lors d’une situation ou la surface des températures chaudes serait moins importante.
On ne peut pas ignorer non plus les phases de démantèlement de la banquise Arctique et de la fonte, malgré une NAO négative des glaciers Alpins et Scandinaves. L’envoi de dioxyde de carbone dans l’atmosphère s’homogénéise au bout de quelques mois dans l’atmosphère. Pour l’instant, l’observation ne permet pas de réduire à néant l’effet des GES.
Il n’est même pas impossible que l’émergence des variations naturelles ne satisfasse plus aux fluctuations glaciaires par exemple.
Alors oui, l’hiver 2009/2010 me laisse perplexe. A titre d’exemple, prenons celui de 2005/2006 avec des chutes de neige abondantes dans le massif Vosgien et des températures sur les 3 mois < à celles de l’hiver 2009/2010.
Hiver 2005/2006 océano-continental
Hiver 2009/2010 continental.
Si on s’amuse à opposer les deux, il est remarquable de constater que l’hiver continental, qui par définition devrait être rigoureux, l’est moins que l’hiver océano-continental. Ceci bien entendu sur une portion géographique limitée. La neige a été également présente sur le massif Alpin, mais sans plus.
La concentration de GES peut-elle réduire en épaisseur les masses d’air ? C’est ce que j’ai supposé après l’hiver.
Evidemment on trouvera toujours une concentration glaciale quelque part, mais c’est son étendue qui me pose problème. Comment ne pas se souvenir des vagues de froid durables et glaciales dans le nord-est et des confrontations de masses d’air chaud/froid qui donnaient des neiges abondantes jusqu’en plaine. Ces dernières années j’ai l’impression que lorsque le froid glacial est prêt d’arriver sur nos contrées, le territoire est tellement laborieux à conquérir que ces masses s’affaiblissent.
Si on veut parler de la décennie 90, on se souviendra des séquences anticycloniques qui n’en finissaient pas de se prolonger en hiver. On faisait du VTT dans les Vosges alors qu’en plaine c’est souvent le brouillard qui prédominait.
Maintenant on arrive à une période guère moins dépressionnaire mais de connotation continentale et pourtant, difficile de retrouver les grands froids d’antan.
Pour en terminer, nous n’avons plus d’étés froids. Bien entendu si on fait appel à notre ressenti, 1 heure de soleil en moins par semaine et 2 heures de pluies par mois et ça y est ,on est dans un été froid et pourri.
Car j’irais jusqu’à soutenir que notre été 2010 également a subit le même sort que l’hiver dernier. Engagé comme il l’était, il aurait du être plus frais que ce qu’il n’a été.

De toute façon, pour avoir une idée plus claire sur le sujet, rien ne remplacera l’observation. Et si le même scénario se répète avec des surfaces chaudes de plus en plus conquérantes, il faudra tout de même s’interroger. Dans le cas contraire, je n’aurais jamais été aussi heureux de me tromper.
Alors vive la neige et les grands froids, et au diable le réchauffement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Lun 1 Nov - 8:17

Sur le plan local, et je crois même que cela se vérifiera sur le plan national, la moyenne des températures des dix premiers mois de 2010 est la plus fraiche depuis l'année 2000.
Pour ma station de Sondernach, il y a 6/10 de moins que la même période de 2000, 2004 2007 et 2008. +9.8° C contre + 10.4° C pour les années citées. La plus chaude même période étant 2007 avec + 11.4° C.

Alors attention les yeux, car ça va jaser dans les chaumières et les forums.
Le refroidissement en en marche.
Voilà le résultat du peu de tâches solaires.
La courbe s'infléchit.
On l'avait prévu depuis longtemps.

Plus concrètement, je n'ai pas observé d'impact direct sur les glaciers Alpins. Les moissons ont été bonnes en Alsace, le foin n'a pas manqué. Les vendanges ont été un peu moins importantes en quantité que l'année précédente, mais le millésime reste très bon; et lorsque l'on sait qu'ils se plaignent toujours pour leur pinard...
Les potagers d'altitude chez moi ont eu un excellent rendement etc etc etc...

Les chiffres sont là pour démontrer que ces dix premiers mois sont les plus frais de la décennie et peut-être même un peu plus. Mais nous sommes loin des "terreurs glaciaires" que l'on pourrait supposer.

Mes compétences étant quasi nulles sur le climat, le soleil et tout ce qui s'en suit, je m'arrête sur ces observations.
Cependant, j'espère très vivement que ces 10 premiers mois ne s'inscrivent pas dans une variabilité naturelle, car on pourrait en déduire que cette dernière serait "mangée" par l'effet de réchauffement anthropique qui prête tant à polémique.
Car, même si la question posée est hâtive, (voir titre du post), elle est posée et Madame Masson Delmotte l'avait déjà mise en exergue à la fin du printemps dernier.

Pour ma part ce n'est qu'une intuition que j'ai mise en avant sans argumentation suffisante.

Pour ce qui est des glaciers, il est évident que la grande majorité ayant une inertie longue, 10 mois sont ridicules pour en déduire quoi que ce soit; c'est une mise en garde contre l'extrapolation qui va être faite sur ce rafraichissement, car certains ne se sont pas privés de nous mettre en glaciation depuis quelques années déjà. Or l'on voit bien que ce rafraichissement est anodin, tant notre fourchette de réchauffement est haute et laisse pas mal de place à de petits soubresauts thermiques comme ce dernier.
Attendons le résultat de la température globale de l'année 2010 pour y voir plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Lun 1 Nov - 13:03

Je viens de voir la carte des températures sur la France du mois d'octobre que Stéphane a mis sur info climat.
Je pense que Stéphane s'il passe par ici la commentera.
Pour ma part, ce que je remarque c'est que c'est un mois déficitaire par rapport aux moyennes du trentenaire, mais que si l'on a près de -1° c en Alsace, du côté des Alpes on est à + 0.5° C.
il faudrait voir de quelle altitude on parle, mais la répercussion est immédiate sur notre massif Alpin.
Donc la encore, un certain nombre de questions se posent. Circulation atmosphérique changeante qui avantage un flux méridien sud/nord dans le massif; simple passade ponctuelle ?
Si quelqu'un pouvait lancer le débat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Lun 1 Nov - 16:24

Je suis étonné, car il y a peu de temps on constatait que 2010 serait tout proche du record de température de 1998.
Où se trouve ce décrochage et pourquoi ?

Tant mieux si 2010 se montre un petit peu moins chaud que les dernières années ! Very Happy
De toutes façons il n'est pas possible que chaque année soit toujours plus chaude ou égale aux précédentes, les fluctuations ont toujours existé et exciteront toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
@lizé.

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 75
Localisation : Meylan

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Mar 2 Nov - 16:37

Je trouve à tous ces évènements bien de la banalité. 2010, je crois, à l'échelle de la planète, reste franchement inscrite dans le contexte de réchauffement. L'Europe occidentale est soumise depuis plusieurs mois aux conséquences "fraîches" d'une organisation particulière de la circulation générale. Pourquoi ? Si je le savais, je pourrais le prévoir, je ferais partie des 10 plus grandes fortunes du monde (et ce n'est pas tout à fait le cas). J'ai souvent vu des "anomalies" qui se répétaient plusieurs années de suite, pas à l'identique, évidemment, mais une ambiance. Et pourquoi les anomalies se caleraient-elles gentiment sur notre calendrier ? Pourquoi certaines ne seraient-elles pas assez puissantes pour recouvrir plusieurs années ?
Je crains que l'hiver qui vient ne répète le précédent. Et pourquoi pas en pire ?
Chacun peut dire ce qu'il veut. La meilleure prévision est toujours celle qu'on fait... après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Mar 2 Nov - 16:46

Très bien, cela remet les "non événements" à leur place.
On a trop tendance à réagir exagérément à des écarts, qui comme tu le dis, s'inscrivent dans une tendance qui elle ne varie pas, et que des fluctuations locales ne sont pas à monter en "épingles", mais à relativiser, de ne pas sortir du contexte général, et d'observer sur de bonnes séries d'années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Mar 2 Nov - 18:32

Je ne suis pas d'accord pour imputer à des phénomènes qui méritent d'être exploités par la simple curiosité scientifique le fait d'une "banalité".
2010 reste tout à fait dans le contexte du réchauffement, mais cela n'empêche pas d'analyser les petites variations que nos instruments de plus en plus perfectionnés permettent d'enregistrer.
Personnellement je ne rejette pas les études concernant la validité ou non d'un réchauffement anthropique. A partir de là, les "banalités" peuvent servir de "base" afin de mieux appréhender la complexité évidente du climat.
Mais comprenons-nous bien, cette complexité qui pourrait réduire "l'étude" de phénomènes plus ciblés dans le temps, amène certains questionnements non dénués d'intérêts. Le dernier en date, expliqué par Michel, sur le démantèlement de l'Arctique et son impact sur des conditions plus fraiches en latitude moyenne montre bien l'extraordinaire satisfaction de curiosité d'en savoir davantage.
Il ne s'agit évidemment pas d'en tirer une théorie finale, mais d'attiser la curiosité.
Ceci n'évitant évidemment pas le fait de "banalités" climatiques ou autrement dit "d'évènements naturelles".
On peut néanmoins se prémunir d’une certaine trivialité ou au contraire d’affirmations péremptoires en tentant d’en savoir davantage par l’intermédiaire de ces a coups météorologiques.
A terme, on pourrait se laisser endormir par les banalités ; ce qui en soit n’est pas vraiment inutile lorsque son évidence est frappante. Mon point de vue intègre « le soupçon anthropique » et à partir de là, il n’est pas inconsidéré de moduler les « banalités » dans un contexte plus large analytiquement, ce qui par déduction tautologique, rend les « banalités » moins « banales ».
Il est entendu qu’une vision moins anthropique de la situation actuelle réintègre la banalité dans son sens premier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Mer 3 Nov - 11:35

Je pense que ces fluctuations sont naturelles et non dues aux causes antrophiques qui elles sont forcément plus linéaires.
Les causes antrophiques renforçant le réchauffement quand les oscillations naturelles vont dans le sens d'un réchauffement, comme nous l'avons connu ces 2 à 3 dernières décennies, ou réduisant le refroidissement sans pouvoir l'empêcher de se produire, comme ce fut le cas dans les années 1955/85 environ.

L'action des gaz à effet de serre, il est impossible d'en évaluer le niveau dans le réchauffement antrophique, mais il y a bien d'autres causes.
Entre autres, le développement des villes, le bétonnage et goudronnage qui ne cessent de se développer partout, emmagasinant la chaleur solaire, puis faisant effet de radiateur la nuit et ré émettant toute la chaleur emmagasinée, alors que la végétation utilise le rayonnement solaire pour sa croissance et l'évaporation provoquant de la fraicheur.

Il y a aussi toute la chaleur industrielle, domestique, et la chaleur de millions d'automobiles sur terre qui elle aussi se communique à l'atmosphère.

Il y a bien sûr les 6 milliards d'êtres humains qui chacun diffuse sa propre chaleur. Il suffit de voir l'augmentation de température dans une salle non climatisée lorsqu'il y a présence de foule.

Mais je pense que tous ces éléments antrophiques ne peuvent à eux seuls provoquer des changements climatiques, les oscillations naturelles me paraissant bien plus puissantes et actives, et étant les moteurs principaux du climat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   Ven 5 Nov - 19:13

En fait l'impression que l'année 2010 serait moins chaude que la moyenne de la décennie n'est pas encore confirmée, mais serait possible à cause de l'effet d'une Niña très marquée.

Source Stéphane sur Infoclimat : Selon UAH, l'anomalie d'Octobre 2010 a été de +0.42°, soit le troisième mois d'octobre le plus chaud depuis le début de cette base (1979). Malgré la Niña très puissante et très bien installée, la baisse des anomalies globales reste bien timide ; elle commence à se faire attendre même si elle ne devrait plus tarder désormais.

L'anomalie glissante sur un an atteint désormais +0.52°, a égalité avec le record de 1998. Mais cette fois, cela devrait être le maximum définitif (enfin ca fait deux mois que je dis ça...).

Je pense que tôt ou tard les anomalies globales finiront par fortement baisser du fait de cette Niña très intense, et qu'il y a très peu de chances que le niveau actuel se maintienne au delà de Décembre, mais bon c'est mon avis subjectif - après tout, j'attendais déjà cette baisse pour Septembre.

L'évolution (mensuelle) depuis 1979 ne laisse pas apparaître de fléchissement par rapport à la tendance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'hiver dernier aurait-il du être plus froid ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diaporama de l'hiver dernier
» Le renard l'hiver dernier
» Couverture pour cet hiver?
» clôtures électriques en hiver
» L'hiver approche à grand pas ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Chamonix :: Divers :: Climatologie-
Sauter vers: