Le Forum Chamonix
Pour pouvoir répondre aux sujets existant ou en créer de nouveaux, il faut être inscrit sur le forum.

- Si vous êtes inscrit, merci de cliquer sur "connexion"

- Pour vous inscrire, et profiter de toutes les fonctionnalités du forum, veuillez cliquer sur "S'enregistrer"

- Si vous voulez rester simple "invité", cliquez sur "ne plus afficher"
L'équipe



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Retour à la Page  
http://www.soleilinvest.com/ima/styl/montagne.gifNous vous rappelons que pour profiter d'un confort de lecture étendu, ainsi que de toutes les fonctionnalités du forum (poster des messages,
répondre aux sujets, accèder au tchat en direct ... ) il est nécessaire de vous inscrire en cliquant ici
http://img1.xooimage.com/files/c/5/a/kcontrol-2b20a.png Nous recherchons actuellement un modérateur pour le forum, si vous êtes intéressé merci de me contacter par Message Privé (lechamoniard)
ou par mail à info@ski-chamonix.fr

Forum déclaré à la CNIL sous le numéro 1498554

Partagez | 
 

 Observations climatiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Ven 30 Juil - 16:42

C'est une courbe qui n'arrête pas de monter, et donc ça fiche le vertige !
A quand la dégringolade ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Nicolas91

avatar

Messages : 1056
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Ven 30 Juil - 20:11

On voit que la courbe est surtout en augmentation depuis 1980 Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Ven 30 Juil - 20:16

Nicolas91 a écrit:
On voit que la courbe est surtout en augmentation depuis 1980 Shocked
Oui, tout çà fait.
On distingue très bien le court mais net réchauffement des années 1940, suivi du refroidissement (et de la poussée glaciaire des années 1950/85 environ), suivi de ce long et régulier réchauffement qui se poursuit.
Rien n'est linéaire, mais les tendances moyennes sont bien marquées et durables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 33
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Ven 30 Juil - 20:41

Eh ben, si même les chamoniards se mettent à avoir le vertige...

Plus sérieusement, l'intérêt de poster cette courbe était de faire remonter ce dont on avait déjà parlé Michel : il devient de plus en plus dur de "tracer au crayon des traits qui descendent", même en prenant 1998 comme référence de départ. D'ailleurs, même nos "amis" du refroidissement, ne s'y risquent plus : la température baisse depuis 1998, mais curieusement on ne poste plus de graphiques pour le démontrer (voir ici).



Une autre courbe intéressante, celle des anomalies globales moyennées sur 10 ans :





Lorsque l'on moyenne les anomalies sur 10 ans, on ne voit que mieux à quel point le "plateau" 1998-2008 n'a été qu'une parenthèse dans la tendance globale, avec un décroché relativement proche de celui de 1990.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Sam 31 Juil - 14:01

Treize a écrit:
Eh ben, si même les chamoniards se mettent à avoir le vertige...

Tout arrive, avec l'âge en plus et le genépi, on tient difficilement debout.. pale

Citation :
Plus sérieusement, l'intérêt de poster cette courbe était de faire remonter ce dont on avait déjà parlé Michel : il devient de plus en plus dur de "tracer au crayon des traits qui descendent", même en prenant 1998 comme référence de départ. D'ailleurs, même nos "amis" du refroidissement, ne s'y risquent plus : la température baisse depuis 1998, mais curieusement on ne poste plus de graphiques pour le démontrer(voir ici).

Bien vu, chez eux on écrit, on insulte les "réchauffistes" du Giec, mais on ne prouve rien puisque c'est impossible.
Tu écris "nos amis", arêêête, tu vas les faire se retourner dans leurs tombes !!! Embarassed Ha ils ne sont pas encore froids ? Cérébralement si, même s'ils bougent encore... What a Face

Citation :
Une autre courbe intéressante, celle des anomalies globales moyennées sur 10 ans :

Lorsque l'on moyenne les anomalies sur 10 ans, on ne voit que mieux à quel point le "plateau" 1998-2008 n'a été qu'une parenthèse dans la tendance globale, avec un décroché relativement proche de celui de 1990.

Exact. En 1990, cela a eu un court effet sur le glacier des Bossons car on partait de bien plus bas, mais là, de jour en jour, en regardant (de loin) la langue terminale du glacier des Bossons, j'ai des pauses cardio respiratoires...
Bien peur que la crainte dont j'ai souvent parlé depuis l'an passé ne se produise en aout, la perte du bout de la langue terminale, elle est à l'agonie. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 33
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mer 4 Aoû - 18:53

Selon les mesures satellitaires, juillet 2010 serait le mois de juillet le plus chaud jamais relevé en ce qui concerne les températures de basse troposphère, et le sixième mois le plus chaud tous mois confondus. Et ce alors même que nous sommes rentrés dans une profonde Niña (SST atteignant désormais -1.2° en zone ENSO 3.4) et que le soleil est toujours au quasi point mort. Les relevés terrestres tomberont vers le 15, à voir ce que cela donnera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas91

avatar

Messages : 1056
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mer 4 Aoû - 18:59

Treize a écrit:
Selon les mesures satellitaires, juillet 2010 serait le mois de juillet le plus chaud jamais relevé en ce qui concerne les températures de basse troposphère

Bonjour

Cela correspond à quelle altitude ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 33
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Jeu 5 Aoû - 7:45

Cela correspond à une altitude moyenne d'environ 4250 mètres, +/- 500 mètres selon les régions de la planète (plus bas dans les régions polaires et les dépressions, plus haut dans les régions tropicales et les anticyclones).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Jeu 5 Aoû - 16:30

Treize a écrit:
Selon les mesures satellitaires, juillet 2010 serait le mois de juillet le plus chaud jamais relevé en ce qui concerne les températures de basse troposphère, et le sixième mois le plus chaud tous mois confondus. Et ce alors même que nous sommes rentrés dans une profonde Niña (SST atteignant désormais -1.2° en zone ENSO 3.4) et que le soleil est toujours au quasi point mort. Les relevés terrestres tomberont vers le 15, à voir ce que cela donnera.
On n'en sort donc pas... et la Nina ne va pas changer grand chose pour l'hémisphère Nord, ni le cycle solaire 24 très faible pour l'ensemble de la planète.

Nicolas : Tu as ce logiciel qui te donne toutes les températures, Océans, et toutes les altitudes.
Il suffit de choisir en bas à gauche, ainsi que les années à comparer, et lancer le logiciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Nicolas91

avatar

Messages : 1056
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 36

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Jeu 5 Aoû - 19:47

Michel a écrit:


Nicolas : Tu as ce logiciel qui te donne toutes les températures, Océans, et toutes les altitudes.
Il suffit de choisir en bas à gauche, ainsi que les années à comparer, et lancer le logiciel.

Merci Michel Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 10 Aoû - 13:36

Salut,
La situation caniculaire s'éternise en Russie.
Selon météo France, elle est plus étendue et plus durable que celle que nous avons connu en France en 2003.
A Saint-Pétersbourg, il a fait 37.1° C le 7 août, record absolu (depuis les mesures bien entendu).
L'excédent mensuel atteint les 7 à 8° C en Russie occidentale; il était de 5° C en France en 2003 sur un territoire 3 fois moins important.

Il n'est évidemment pas question de renvoyer tout cela sur le dos du réchauffement climatique anthropique. Cependant, les services météorologiques Russes parlent, tant en terme de durée et de températures d'une ampleur jamais observée ces 1000 dernières années.

Chacun pourra se faire une idée sur le bien fondé d'un laps de temps aussi long; toujours est-il qu'il sera très intéressant de voir l'évolution hivernale de nos prochains mois, tant sur la Russie que sur l'Europe occidentale.
Et entre nous, je ne serais même pas étonné que nous ayons un hiver Français sous les normes 1971/2000; pour les nouvelles normes il sera de moins en moins difficile de les battre au rythme des 3 dernières décennies et le plan ORSEC sera bientôt déclenché s'il venait à floconner sur ce qui reste de notre pauvre glacier des Bossons.

Mais des terriens de bande dessinée nous expliquent que les glaciations sont proches.
E.T. -----> glace, en pointant leur doigt sur le bout de leur nez...ce qui leur fait évidemment avoir une vision pour le moins troublée.
Je vais tout de même allumer un cierge, des fois que ce satané réchauffement anthropique ...ne serait pas que dans les esprits.

Bon après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 14 Sep - 12:58

Salut,
Ci-dessous un extrait d'une interview de Madame Masson Delmotte sur le réchauffement.
Lisez bien la partie en rouge; c'est la même réflexion que j'ai eu concernant l'hiver passé.
Il n'est pas question ici de mettre en avant mes propos souvent détaillés sur le forum; mais il est intéressant de faire l'analogie entre mes simples réflexions et celles d'une scientifique reconnue. Mes propos n'étaient donc pas dénués de sens.

Pensez-vous que la canicule ayant touché la Russie, ou que les épisodes de fortes précipitations survenus ces dernières semaines en Inde ou au Pakistan soient dus au réchauffement de notre planète ?
Valérie Masson-Delmotte : "On ne peut jamais faire le lien entre un événement isolé et une évolution sur le long terme : seule compte la fréquence de ces événements. La question que l'on doit se poser, c'est 'que peut-on attendre d'une augmentation de la concentration en gaz à effet de serre dans notre atmosphère ?'. La réponse, c'est un réchauffement. C'est de la physique de base et c'est ce que tous les travaux de modélisation montrent. On réduit souvent le climat à la seule température, mais l'effet de serre qui entraîne un réchauffement des basses couches de l'atmosphère modifie également la quantité de vapeur d'eau qui y est stockée. Tous les modèles de climat montrent que le réchauffement climatique s'accompagnera d'épisodes ponctuels de très fortes précipitations. Des vagues de chaleur plus fréquentes, des grands froids plus rares en sont d'autres conséquences. Ce n'est donc pas une surprise d'observer des canicules qui sortent complètement des écarts types généralement observés, ou des inondations provoquées par des pluies de mousson très intenses".
Ces événements hors-normes sont donc des conséquences directes du réchauffement terrestre ?
VMD : "Je ne peux pas l'affirmer. Ce n'est en revanche pas une surprise d'observer ce type d'événements ponctuels. En Russie, la canicule observée sortait de trois écarts-types de la gamme moyenne observée. On peut comparer ce phénomène à la canicule de 2003 qui avait frappé l'Europe de l'ouest. Toujours en Europe, l'hiver dernier a été également surprenant. La situation météorologique a été exceptionnelle, avec des vents apportant de l'air froid depuis le nord de l'Europe. On aurait pu s'attendre à des températures qui battent tous les records de froid, alors qu'on a observé une anomalie froide, mais pas exceptionnelle : cet exemple montre la juxtaposition entre la circulation atmosphérique ponctuelle, régionale et la tendance au réchauffement".



Bon après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Sam 18 Sep - 17:52

Salut,
Météo France vient de signaler qu'un record de température a été battu en Martinique. Il a été relevé 36.2° C sous abri le 15 septembre.
Ce qui est intéressant à relever c'est qu'il y a eu un concours de circonstance "idéal" pour battre ce record. En effet météo France stipule bien que ce record ne peut pas être lié au "réchauffement climatique" seul. Autrement dit, le "réchauffement climatique" ne peut à lui seul expliquer ces valeurs.
Entre autre, la température de l'océan est exceptionnellement élevée cette année...avec conjonction d'un ouragan etc.
Ci-joint l'adresse ou trouver les explications complètes.

http://france.meteofrance.com/france/actu

Argumentation qui mérite notre attention...autrement que les stupidités d'une glaciation en cours. Autrefois on les pendait en place de grève ces analphabètes de la cafetière.

Bon dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Sam 18 Sep - 19:51

serge a écrit:
Argumentation qui mérite notre attention...autrement que les stupidités d'une glaciation en cours. Autrefois on les pendait en place de grève ces analphabètes de la cafetière.
C'est là que l'on voit à quel point leur dérive est grave.
Afin de pouvoir parler d'un nouveau PAG, il faudrait au minimum que les températures reviennent au niveau de celles des années 1970, et continuent à baisser, non ?.
Or on est au plateau supérieur du réchauffement actuel... On voit là l'aberration d'un tel discours, celui de ce forum dont on parle, qui est bien pire qu'orienté, mais vraiment totalement désorienté ... lol!


Dernière édition par Michel le Lun 27 Sep - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Lun 27 Sep - 15:15

Faisons un petit point sur les fortes neiges d’antan.

Référence hiver 1969/1970 dans les Vosges à 1000 mètres.
Hauteur cumulée sur la période de novembre à avril inclus = 750 cm.
Répartis comme suit :
-novembre = 70 cm
-décembre = 175 cm
-janvier = 20 cm
-février = 270 cm
-mars = 130 cm
-avril = 85 cm.
Le 1er mai il est encore tombé 15 cm. La route des crêtes qui varie entre 1200 et 1300 m a été ouverte à la circulation fin mai début juin et à certains endroits il restait des congères de près de 9 m de hauteur.

Première analyse, les températures de l’hiver 1969/1970 à Strasbourg, comparées à l’hiver 2005/2006, toujours à Strasbourg (Hiver 2005/2006 pris en référence puisque c’est l’hiver le plus enneigé de la dernière décennie).

Moyenne des 6 mois de l’hiver 1969/1970 = + 3° C
Moyenne des 6 mois de l’hiver 2005/2006 = + 4.1° C
Il y a 1.1° C de différence, ce qui est énorme.
Les mois de mai et juin 1970 qui ont suivis ont eut respectivement une moyenne de + 13.2° C et + 18.4° C. Moyenne = 15.8° C
Les mois de mai et juin 2006 ont eut quant à eux une moyenne de + 16° C et + 19.6° C. Moyenne = 17.8° C.
Différence entre les deux années 2° C, ce qui est loin d’être négligeable.

Seconde analyse, les pressions des deux hivers.
Hiver 1969/1970 (novembre à avril), on a une moyenne de pressions de 1013.5 Hpa. Pour l’hiver 2005/2005 on a 1018,9 Hpa. Soit une différence de 5.4 Hpa. Les deux périodes étant considérées comme humides.

Troisième analyse, les précipitations.
Hiver 1969/1970 = 52.4 mm/m2 par mois en moyenne, contre 31 mm/m2 pour l’hiver 2005/2006.

Conclusions :
En ce qui concerne les températures, on remarque tout d’abord que malgré un hiver de référence (neige en montagne et températures), il y a plus d’un degré de différence avec celui de 1969/1970. Ensuite on remarquera également que les deux mois qui ont suivis la période concernée, on retrouve une différence encore plus grande entre les deux hivers, soit 2° C ; si on prolonge sur les deux mois suivants, nous avons pour juillet/août 1969/1970, une moyenne de + 18.4° C et pour juillet/août 2005/2006 une moyenne de + 21.2° C. Soit une différence de + 2.8° C. Nous retrouvons bien là notre cycle inter-saisonnier et saisonnier avec des excès qui annihilent tout effet bénéfique d’un hiver neigeux pour nos glaciers par exemple , et plus personnellement, la fait de pouvoir skier sur les névés Vosgiens après un hiver bien neigeux, puisque les températures deviennent excessives par la suite.

Pour ce qui est des pressions, celles-ci sont également à la hausse. En fait il semblerait, soyons prudents, que ce phénomène se soit fait remarquer depuis le milieu des années 70. Les différentes latitudes n’étant pas toutes loties à la même enseigne. Mais cela demande vérification. Toujours est-il que l’on remarque quand même que les hauts géopotentiels ont tendance à prédominer depuis quelques années.

Quant aux précipitations, nous sommes actuellement dans un système de circulation bien différent de celui que l’on connaissait dans les années 60/70. La neige étant nettement plus abondante en plaine qu’actuellement en Alsace. Pour l’avoir vécu, et même si les ressentis sont trompeurs, à part quelques rares ponctualités, elle fait bien défaut à basse altitude.

Deux périodes comme celles que je viens de prendre ne devraient pas être caractéristiques d’un phénomène de réchauffement ; période trop courte et géographiquement très limitée. Et pourtant, si la caractéristique d’inter saisons trop chaudes souvent évoquée ici n’est pas contestée, du moins je le pense, quel exemple remarquable que ces deux périodes.
Les hivers très neigeux ne serviront à rien si l’on poursuit dans le tracé actuel.

Les pressions devront s’affaiblir un tant soit peu, pour permettre plus de régularité dans les précipitations, même s’il est évident que des périodes plus humides et plus sèches alternent.
Je signalerais simplement que les hivers 70/71 et 71/72 ont été très peu enneigés dans les Vosges avec seulement 210 cm en cumul sur la même période de référence.
Ceci dit, sur les hivers 1966/1967 jusqu’aux hivers 1988/1989, la moyenne de neige tombée sur les six mois est de l’ordre de 400 cm. J’ai refait la même moyenne en éliminant les fourchettes hautes (750 cm) et basses (185 cm) et sur la période on trouve une moyenne de 393 cm ; les 7 cm de différence sont négligeables. Ce qui revient à dire que sur cette période spécifique, les hivers se compensent entre eux. Ce qui est loin d’être le cas si on y intègre les hivers des deux dernières décennies.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 33
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Lun 27 Sep - 20:08

serge a écrit:
Faisons un petit point sur les fortes neiges d’antan.Pour ce qui est des pressions, celles-ci sont également à la hausse. En fait il semblerait, soyons prudents, que ce phénomène se soit fait remarquer depuis le milieu des années 70. Les différentes latitudes n’étant pas toutes loties à la même enseigne. Mais cela demande vérification. Toujours est-il que l’on remarque quand même que les hauts géopotentiels ont tendance à prédominer depuis quelques années.


A l'échelle nationale, bon je n'ai pas une banque de données excessivement remplie, mais depuis 1957 nous sommes sur une pente à +1.1 hPa en moyenne par décennie sur les mois de décembre, +0.8 hPa pour les mois de janvier et +0.5 hPa pour les mois de février. Soit une moyenne de +0.8 hPa / décennie sur l'ensemble de la période hivernale.

Ce sont des valeurs que l'on peut considérer comme particulièrement significatives, en premier lieu celle de Décembre. D'ailleurs, les moyennes décennales sont également très parlantes, voici par exemple celles de Paris :

Décembres de la décennie 1960 : 1015.9 hPa
Décembres de la décennie 1970 : 1016.3 hPa
Décembres de la décennie 1980 : 1018.8 hPa
Décembres de la décennie 1990 : 1019.2 hPa
Décembres de la décennie 2000 : 1019.4 hPa


Même si Paris n'est pas la France, on peut se permettre de généraliser ce résultat à l'hexagone : on parle en pressions, c'est une donnée qui varie très peu avec la distance (autant on peut avoir +1° d'anomalie à Paris et -1° à Strasbourg, si on a +1 hPa d'anomalie à Paris, on aura difficilement plus d'un hectopascal d'écart en Alsace ou en Bretagne).


D'une certaine manière, cette observation d'une hausse moyenne des pressions en période hivernale n'est pas incompatible avec le réchauffement global : j'avais lu que beaucoup de climatologues estimaient que le réchauffement allait conduire à une remontée vers le nord de la zone barocline (rapidement : c'est la zone de contact entre les masses chaudes subtropicales qui remontent du sud, et les masses froides arctiques qui descendent des régions septentrionales). Concrètement, on est -et on va encore?- amenés à se retrouver plus souvent sous les anticyclones, les rails perturbés passant plus au nord, et a fortiori plus loin des trajectoires des centres dépressionnaires. C'est très bon pour favoriser les flux d'E/NE, ca l'est beaucoup moins pour les précipitations, et cela pourrait perdurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 28 Sep - 6:15

Corrige moi si je me trompe Stéphane, mais cette remontée de zone barocline va entrainer avec elle des situations de fœhn sur le massif Alpin de plus en plus nombreuses et virulentes, c'est-à-dire très chaudes. Ce qui va peut-être encore accélérer le manque de neige hivernale et faire monter petit à petit les températures d'altitude.
Seulement voilà, si les rails perturbés passent plus au nord, on peut penser que les glaciers Scandinaves bénéficieront d'une pluviométrie plus importante et donc les glaciers devraient réavancer; or d'après les dernières constatations, les glaciers Scandinaves eux-aussi sont en recul.
Y aura-t-il une compensation, quel quelle soit qui puisse enrayer ce phénomène de prédominance des masses chaudes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 28 Sep - 6:28

Treize a écrit:
Ce sont des valeurs que l'on peut considérer comme particulièrement significatives, en premier lieu celle de Décembre. D'ailleurs, les moyennes décennales sont également très parlantes, voici par exemple celles de Paris :

Décembres de la décennie 1960 : 1015.9 hPa
Décembres de la décennie 1970 : 1016.3 hPa
Décembres de la décennie 1980 : 1018.8 hPa
Décembres de la décennie 1990 : 1019.2 hPa
Décembres de la décennie 2000 : 1019.4 hPa
Quelques petites questions :

Est ce que l'effet "d'ilot urbain" que l'on remarque au sujet des températures ne pourrait il pas avoir également un effet sur la pression atmosphérique ? Car cette hausse continue correspond aussi à l'extension des grandes agglomérations.

Observe t'on aussi cette hausse de pressions en zones non habitées ?

L'observe t'on de manière assez généralisée sur l'ensemble de la planète ?

Y t'il des époques où l'on a remarqué une baisse de ces pressions dans ces agglomération en extension ?

scratch ... study
Si je suis pénible, mon bureau des réclamations reste ouvert... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 28 Sep - 6:38

serge a écrit:
Corrige moi si je me trompe Stéphane, mais cette remontée de zone barocline va entrainer avec elle des situations de fœhn sur le massif Alpin de plus en plus nombreuses et virulentes, c'est-à-dire très chaudes. Ce qui va peut-être encore accélérer le manque de neige hivernale et faire monter petit à petit les températures d'altitude.
C'est en effet fort possible.
Mais je remarque tout de même que les plus forts épisodes de fœhn, qui ont à l'époque fortement détruit nos forêts, donc les plus violents, se sont produits dans les années 1980.
Ces hivers derniers, les épisodes de fœhn sont très fréquents et longs, nous mettant à l'abri des chutes de neige, mais sont moins violents.

Citation :
Seulement voilà, si les rails perturbés passent plus au nord, on peut penser que les glaciers Scandinaves bénéficieront d'une pluviométrie plus importante et donc les glaciers devraient réavancer; or d'après les dernières constatations, les glaciers Scandinaves eux-aussi sont en recul.
Cela correspondrait donc à une NAO positive, où les glaciers Scandinaves sont habituellement en croissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 28 Sep - 13:09

Da la façon ou je vois évoluer les choses, la NAO ne sortira pas indemne de la remontée de la zone barocline.
Il serait surprenant que les conséquences du réchauffement actuel n'influent pas sur les oscillations de notre hémisphère; les glaciers Scandinaves et Alpins sont en régression.
Est-ce déjà un effet de la remontée des hauts géopotentiels ?
Théoriquement, NAO négative ou positive a des répercussions visibles, sur une durée toutefois au moins décennale; en pratique, on constate des effets inverses dû aux variations NAO.

Si rien pour l'instant ne permet d'affirmer que la NAO va se "détériorer" au sens théorique, rien ne permet non plus d'affirmer le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Treize

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 33
Localisation : Dax (40)

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 28 Sep - 19:21

serge a écrit:
Corrige moi si je me trompe Stéphane, mais cette remontée de zone barocline va entrainer avec elle des situations de fœhn sur le massif Alpin de plus en plus nombreuses et virulentes, c'est-à-dire très chaudes.

La par contre Serge, je ne suis pas sûr de te suivre Smile

Peut-être s'agit t-il d'une incompréhension sur la définition du foehn, pour moi il s'agit d'un épisode avec un flux actif orienté perpandiculairement (ou presque) à une chaîne montagneuse, et qui provoque un assèchement et un réchauffement des vallées et/ou plaines situées en contrebas de la barrière montagneuse.

Définition qui, par sa nature, montre que la situation varie du tout au tout selon le sens du flux et qu'on ne peut jamais généraliser une situation à un massif. Par exemple pour les Alpes, ces flux de NO qui apportent tant de poudreuse sur les Savoies, sont les premiers générateurs de foehn pour les Pyrénées italiennes du côté de la plaine du Pô.

Pour la vallée de l'ami Michel, corrige moi si je me trompe (ou il le fera), vu que la vallée est orienté grosso modo O-E avec fermeture à l'est, d'une certaine manière je suppose que tout flux qui n'a pas une composante SO-O-NO peut apporter du foehn. Avec cependant des épisodes plus graves quand il s'agit de flux de SO à SE, puisque forcément ils réchauffent de l'air qui est déjà doux par sa nature.

En résumant ainsi, j'en déduirais (sauf si je me trompe et que vous me reprenez) que pour entraîner des situations de foehn plus nombreuses, il faut avoir des flux dynamiques orientés dans n'importe quelle direction autre que celles de la composante Ouest. Donc, est-ce que la remontée de la zone barocline peut générer une telle situation ? La réponse que je t'apporterais est nuancée.

Oui, parce que la remontée de la zone barocline est favorable à une plus grande récurrence de tous les flux autres que "zonaux" : N, S et E. Ces dernières années en ont été un exemple frappant : maintenant, c'est quand on a un flux d'Ouest sur les modèles qu'on en serait presque étonnés !

Non, parce que cette même remontée de la zone barocline n'est pas favorable à des flux fanchement dynamiques, ce qui est le véritable moteur du foehn. On a certes eu quelques épisodes avec des descentes plein nord actives, ou tiens j'ai aussi à l'exemple en 2005/2006 ces images de la bise qui avait transformé les rives du Lac Léman en patinoires géantes. Mais dans leur grande majorité, tous ces épisodes à flux de N, S et E sont bien moins dynamiques qu'un bon rail d'ouest avec son cortège de dégradations successives.


Citation :
Est ce que l'effet "d'ilot urbain" que l'on remarque au sujet des températures ne pourrait il pas avoir également un effet sur la pression atmosphérique ? Car cette hausse continue correspond aussi à l'extension des grandes agglomérations.

Non, l'urbanisme n'a aucun impact démontré sur la pression atmosphérique. Et la hausse moyenne des pressions en hiver aurait tendance à être observée, (très !) grosso modo, dans toutes les régions se situant entre 45 et 65° de longitude nord.


Citation :
Da la façon ou je vois évoluer les choses, la NAO ne sortira pas indemne de la remontée de la zone barocline. [...] Si rien pour l'instant ne permet d'affirmer que la NAO va se "détériorer" au sens théorique, rien ne permet non plus d'affirmer le contraire.


Mais la NAO, justement, elle est en train de littéralement se casser la g*** depuis les années 1990. Je remonte un graphique que j'avais posté dans un autre topic mi-août :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel

avatar

Messages : 1317
Date d'inscription : 31/12/2009
Localisation : Argentière

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mar 28 Sep - 22:28

Merci Stéphane pour ces réponses bien intéressantes.

Treize a écrit:
Pour la vallée de l'ami Michel, corrige moi si je me trompe (ou il le fera), vu que la vallée est orienté grosso modo O-E avec fermeture à l'est, d'une certaine manière je suppose que tout flux qui n'a pas une composante SO-O-NO peut apporter du foehn. Avec cependant des épisodes plus graves quand il s'agit de flux de SO à SE, puisque forcément ils réchauffent de l'air qui est déjà doux par sa nature.
C'est tout à fait exact.
A l'opposé on a le Val d'Aoste (et la plaine du Pô comme tu le soulignes) totalement fœhnés et secs lors de grosses chutes de neige sur notre versant.
Il suffit de traverser le tunnel du Mont Blanc, et on est chaque fois étonnés de constater qu'on était sous la neige à Cham, et que l'on débouche sous un chaud soleil, et du fœhn en sortant du Tunnel, sur Courmayeur.
(PS tu as écris Pyrénées à la place d'Alpes).

Nous avons parfois des séries de perturbations, ces ondulations bien trop fréquentes, qui nous apportent des séries de jours de fœhn qui durent parfois une à deux semaines, ou ces gouttes froides qui ne bougent guère, avec des vents perpendiculaires au massif, qui empêchent toutes chutes de neige sur notre versant.

Les épisodes de fœhn qui ont mis à mal nos forêts dans le passé ont peut être été provoqués par ces puissants Zonaux, avec des perturbations virulentes précédées d'un très fort vent de Sud (?)

J'ai bien noté aussi que l'urbanisme n'a pas d'influence sur la pression atmosphérique.

D'autre part la chute de la NAO va sans doute provoquer une synoptique différente de celle de ces dernières décennies, mais pourvu que ce ne soit pas trop d'hivers plutôt froids et secs (pour nous Alpes du N), à l'image du dernier hiver. (Tout sur la NAO ici).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.glaciers-climat.fr
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mer 29 Sep - 13:48

J’ai bien compris ton explication, Stéphane et le terme de « fœhn » que j’ai employé est faux.
Je vais tenter d’expliquer différemment ce que je crains avec la remontée de la zone barocline.
La complexité du massif Alpin est nettement plus difficile à appréhender que celle du massif Vosgien. La latitude de ce dernier bénéficie pour l’instant encore assez bien des flux sensés apporté des précipitations abondantes. Et lorsqu’il y a fœhn c’est la masse d’air de la plaine Alsacienne qui s’assèche, ce qui a pour résultat surtout depuis quelques décennies de rendre la plaine presque imperméable aux précipitations hivernales.

On remarque qu’il y a de moins en moins de neige en plaine alors que le massif Vosgien peut être bien enneigé.
A mon avis, ceci est déjà du à la grande facilité récurrente qu’ont les masses d’air chaud à remonter du sud.

Ce n’est pas que cela ne se produisait pas dans les années 50/85 à peu près, mais c’était consécutif à une période de neige et de froid et se déclarait en une nuit avec un vent de sud qui pouvait faire fondre 30 cm de neige en quelques heures en plaine.

Actuellement, non seulement ce « fœhn » ponctuel est remplacé par des masses d’air plus doux presque pérenne (il y a toujours des hivers comme le dernier ou le flux d’est est plus froid), mais il ne fait rien fondre, puisqu’il n’y a plus de neige.
Ce que je crains donc pour le massif Alpin, c’est une difficulté de plus en plus importante à garder tout le bénéfice de flux considérés comme favorables.

Autrement dit, si la situation devient propice par un flux de NO par exemple, la remontée de la zone barocline va contrarier cet avantage par des masses d’air subtropicales prêtes à profiter de la moindre brèche. Que cela se produise au cours de l’hiver est relativement normal en certaines circonstances ; ce que j’ai peur c’est que ces circonstances ne deviennent communes par la remontée trop facile des masses d’air subtropicales.

L’orographie du massif Alpin est complexe et Michel nous a souvent expliqué qu’un flux peut rendre la neige absente à Chamonix et enneiger correctement la Suisse toute proche.
Ce que j’ai dis dans le post précédent, c’est la peur de voir la récurrence de « fœhn » ; je rectifie en disant, je crains que les flux qui en théorie apportent ou non un enneigement dans la massif Alpin, risquent de subir beaucoup plus souvent le contre coup de la remontée de la zone barocline.

Nous n’appellerons plus cela du « fœhn », mais un « élément perturbateur climatique ». Celui-ci pourra se produire de différentes manières, à l’instar de l’hiver dernier par exemple, avec un côté Alpin Suisse très bien enneigé, un côté Alpin Français nettement bien moins enneigé et avec pour conséquence un résultat final nul, puisque le printemps, caractérisé par des remontées chaudes à rapidement fait fondre la neige en Suisse. Ce qui pour en revenir à nos glaciers Alpins mène à un statu quo.

Maintenant je reconnais que la situation est sans doute plus complexe et que mon explication simpliste ne tienne pas la route. Pour te citer, tu dis qu’on va peut-être être amenés à se retrouver sous des anticyclones plus souvent, les rails perturbés passant plus au nord et plus loin des trajectoires des centres dépressionnaires. Si l’hypothèse se vérifie, et si j’ai bien compris, cette zone barocline va influer (et c’est probablement déjà fait en partie) sur les flux qui devraient nous être favorables, non seulement en ayant la prédominance sur ces derniers, mais aussi (et c’est ce que je pense) sur leur possibilité de s’opposer à cette remontée de zone barocline. Elle y parviendra sans doute quelques fois, mais au résultat, en verrons-nous la concrétisation, comme celle de voir les glaciers gagner en avancée ?

Pour ce qui est de la NAO, même raisonnement. Elle s’effondre comme tu dis, mais ensuite…la différence de pression entre Islande et Portugal va-t-elle se conformer à la remontée de zone barocline, puisque celle-ci augmente ou allons-nous lentement voir ce paramètre perdre de sa validité.
Ceci posé : que le réchauffement soit totalement ou en partie responsable de la remontée de la zone barocline.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Mer 29 Sep - 17:47

Tu vois Stéphane, c'est un peu ce qui se passe ces 2/3 prochains jours sur le massif que je voulais illustrer avec les propos ci-dessus.
Mais tu as peut-être une autre explication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge

avatar

Messages : 710
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: Re: Observations climatiques   Jeu 30 Sep - 5:02

Bien triste nouvelle ce matin en ce qui concerne le glacier des Bossons.
j'espère que tout ce que j'ai écris ci-dessus est archi faux, car si à la décadence de nos sociétés, il faut ajouter...un impact anthropique climatique, nom de dieu y a plus qu'à chercher une autre planète...mais ou il y a une machine à refouler les cons.
Sur ce, je pars à Chamonix mettre un cierge à la Sainte Neige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Observations climatiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Observations climatiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» HAARP l'arme météo pour des guerres climatiques
» Les observations du vendredi 5 novembre 2010
» Les observations du vendredi 17 septembre 2010
» Les observations du jeudi 25 novembre 2010
» observations cap fréhel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum Chamonix :: Divers :: Climatologie-
Sauter vers: